Bordeaux : une nouvelle vie pour Castéja

© Google Street View
© Google Street View

Le nom de Castéja est emblématique de l'histoire bordelaise. Ces bâtiments imposants non loin de la place Gambetta vont trouver une nouvelle orientation en devenant des logements dont une partie sera destinée à l'hébergement social. Le bailleur social Gironde Habitat a emporté l'appel d'offre.

Par Bertrand Lerossignol

Gironde Habitat a acquis une partie de l'ensemble, cet espace sera dédié à la réalisation dans le bâti originel de 180 logements à caractère social, l'autre partie de la réhabilitation sera assurée par des entreprises du bâtiment,  dont le groupe Eiffage. L'Etat, dans son appel d'offre, a donc privilégié la mixité sociale. Le projet donnera vie à ce quartier devenu bien calme depuis 2003. Cette année-là, le commissariat central quittait les lieux, fort d'une superficie de 21 000 mètres carrés, devenus trop exigus pour l'ensemble des services de police. Les services de la police ont quitté le site pour emménager en face du Conseil Régional dans l'espace de Mériadeck.

Regardez le reportage de Guillaume Decaix et Michel Vouzeleaud :
Réhabilitation de Castéja
Interviennent dans ce reportage 
  • Michel Delpuech, préfet de la région Aquitaine
  • Alain Labarbe, directeur général adjoint de Gironde Habitat

Une destination différentes au cours de son histoire

Construit entre 1860 et 1870, les bâtiments héritent du nom de famille de son initiateur, le Maire de Bordeaux à cette époque, Pierre Castéja. Aussitôt construit, le bâtiment est une oeuvre de charité puisqu'il reçoit l'Institut National des Sourdes et Muettes. Pour cause, le silence règne dans les bâtiments pendant plus de cinquante ans. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, les autorités allemandes réquisitionnent les locaux pour en faire une caserne, cet usage vivra jusqu'à la fin des hostilités. Enfin libérés, les locaux sont investis par les services régaliens de la Police Nationale, ceci jusqu'en 2003.

L'espace, les lieux, l'emplacement attirent les spéculateurs immobiliers en quête de lieux idéalement placés. Soucieux de faire une bonne opération, les promoteurs proposent des prix bien trop bas au goût du représentant de l'Etat, propriétaire des lieux, le Préfet Michel Delpuech. En 2013, la Loi Duflot permet la vente des domaines appartenant à l'Etat. La vente de Castéja est lancée la même année.
 

Un projet dirigeait par le cahier des charges

Une école maternelle de 1 700 mètres carrés sera construite, ainsi qu'un foyer de jeunes travailleurs de 45 places, une résidence hôtelière. Certaines parties du bâtiment seront sous la surveillance de l'architecte des Bâtiments de France, en effet une chapelle classée fait partie du bâtiment. Cette réalisation redonnera du cachet à l'ensemble, la pierre retrouvera sa couleur originelle, la structure bâtie ne sera pas modifiée, si 180 logements sont destinés au social, avec des prix modestes, et non calés sur le prix de l'immobilier en centre-ville, certains logements seront en location, d'autres en accession à la propriété. Ces futurs logements intégrés dans le paysage, munis de services de proximité vont redonner de la vie urbaine dans ce quartier très central.

 

Sur le même sujet

Dordogne : vers un paiement de ses ordures "au poids"

Les + Lus