Carte électorale : combien de parlementaires en Limousin en 2022 ?

l'assemblée nationale, lors d'une séance de questions au gouvernement / © Max PPP
l'assemblée nationale, lors d'une séance de questions au gouvernement / © Max PPP

Les discussions autour de la nouvelle carte électorale va débuter dans quelques jours à l’assemblée nationale. En Limousin, on passerait de 6 à 4 ou 5 députés. Le nombre de sénateurs serait aussi réduit.

Par Franck Petit

Une carte a circulé en interne à l’assemblée nationale il y a quelques semaines. Elle n’était pas destinée à être publiée, mais il semble qu’il y ait eu quelques fuites.

Les députés

En Haute-Vienne, on passerait de 3 à 2 députés.
Pour Sophie Baudoin-Hubière, députée de la 1ère circonscription, il ne s’agit que de rumeurs. Elle se dit incapable de nous confirmer l’information.

Mais Jean Baptiste Djebbari, député de la circonscription de St Junien, affirme qu'il est probable que l’on s’achemine vers la suppression d’un poste  en Haute-Vienne, bien que l’arbitrage du gouvernement ne soit pas encore été réalisé.

En Corrèze, on pourrait garder 2 circonscriptions selon Frédérique Meunier, députée de Brive. Ce serait le cas si les députés votaient une modification du scrutin pour y ajouter une dose de proportionnelle. A 15% de proportionnelle, les 2 députés garderaient leur siège. A 20%, l'un d'entre eux devrait partir.

En Creuse, on ne compte plus qu’un seul député depuis les dernières législatives. Ce sera donc le statu-quo.

En tout, 40 % des circonscriptions doivent être supprimées pour les élections de 2022.

Les sénateurs

La carte de de France des sénateurs va elle aussi être chamboulée. On ne garderait qu'un seul d'entre eux en Creuse, Corrèze et Haute-Vienne.

Marie Françoise Pérol-Dumont, sénatrice de la Haute-Vienne, dénonce ces fuites concernant cette future carte électorale :


Si ces bruits sont vérifiés avant que nous ne soyons consultés, cela démontrera que ce parlement est potiche, et le mépris du gouvernement face aux députés et sénateurs.


 

Sur le même sujet

Interview de Bruno Belin, président du conseil départemental de la Vienne

Les + Lus