Cartes scolaires 2020, le Limousin préserve ses écoles rurales

Après l’annonce de la création de 1 248 nouveaux postes d’enseignants par le ministre de l’Éducation nationale mardi 7 avril, les services départementaux du Limousin dévoilent leurs nouvelles cartes scolaires. Une bonne surprise pour les syndicats, même si la copie n’est pas parfaite.   

© IPA Agency/Maxppp
Le Limousin bénéficiera de 25 postes complémentaires dans ses écoles maternelles et primaires pour la rentrée 2020. Un chiffre important, d’autant que l’Académie de Limoges prévoit environ 740 élèves en moins

Pour recruter ces nouveaux enseignants, l'Académie devrait ouvrir son concours, mais aussi recourir à des contractuels.
 

La Haute-Vienne favorise les écoles de campagne


Le département de la Haute-Vienne bénéficie de 12 postes supplémentaires, venant s’ajouter aux ressources déjà présentes. 
Ces arrivées permettent l’ouverture de 5 nouvelles classes de maternelle à Bessines-sur-Gartempe, Condat-sur-Vienne, Ambazac et Limoges (Condorcet et Landouge). 

Elle permet également aux écoles primaires de Couzeix, Le Vigen, Sereilhac, Le Palet-sur-Vienne, Chamboret/Vaulry et Limoges (Victor Hugo, Bellevue Naugeat, Léon Blum) d’accueillir une nouvelle classe

Outre ces ouvertures, 6 classes de milieu rural devaient fermer, mais resteront ouvertes grâce aux nouvelles dotations ministérielles. 

En revanche, plusieurs classes fermeront à Limoges, notamment dans les écoles primaires de zones d’éducation prioritaire (Henri Aigueperse, Les Homérides et Marcel Proust), mais aussi à La Monnaie. Un processus prévu de longue date. Une classe fermera également à l’école maternelle de Nexon.
 

Fermetures de dispositifs


En parallèle de ces ouvertures et fermetures, des dispositifs sont supprimés dans certains établissements. Dans les écoles primaires de Bessines-sur-Gartempe, Sauviat-sur-Vige, Couzeix, Eymoutiers et Limoges (Victor Hugo, Léon Blum, Bellevue-Naugeat et Odette Couty) le dispositif « plus de maîtres que de classes » sera arrêté à la rentrée 2020.

La suppression de ce procédé, permettant la présence d’un enseignant supplémentaire en classe, est inadmissible pour, Thibault Bergeron, du Syndicat UNSA 87.
 

C’est une décision qui n’est pas adaptée aux besoins actuels. Avec le confinement les écarts vont se creuser et un tel dispositif aurait permis de mieux s’adapter aux besoins des élèves à la rentrée.


Le syndicat déplore aussi l’abandon du dispositif « moins de 3 ans » dans l’école Victor Hugo de Limoges.
 

Pas de fermetures de classe en Creuse et en Corrèze


En Creuse, grâce aux 5 nouveaux postes, les services départementaux ont décidé d’ouvrir plusieurs classes. Les écoles primaire de Saint-Fiel, Parsac et de Saint-Junien-la-Bregère accueilleront une classe supplémentaire. Idem pour les écoles maternelles de Blessac et Sainte-Feyre.
 
Pour la Corrèze, même situation, mais avec 8 postes supplémentaires. À Saint-Bonnet-l'Enfantier, Saint-Pardoux-l'Ortigier, Sadroc, Brive-la-Gaillarde (Jules Romain), Chamboulive, Estivaux/Perpezac-le-Noir, Egletons et Ussel, une classe ouvrira à la rentrée. Dans d’autres écoles, comme à Corrèze, Argentat et Turenne, seules des demi-classes ouvriront, pour compléter les effectifs existants.
 

Décrochage scolaire : l’interrogation


Ces mesures sont saluées par les syndicats d'enseignants, qui s’interrogent tout de même sur les moyens mis en place pour répondre aux besoins de chaque élève à la sortie du confinement. 

À quelques semaines d’un retour progressif en classe, Fabrice Couégnas, du syndicat SNUipp de la Creuse, alerte sur la situation de certains élèves. 
 

Pour nous, le plus important, c’est de répondre à l’urgence sociale des élèves qui ont décroché. Selon le ministère, 5 à 8 % des élèves n’ont aucun contact avec leur école.


Soutien scolaire pendant les vacances, entretien à la rentrée, plusieurs pistes sont actuellement étudiées par l’Académie et les services départementaux. Pour le moment, l’heure est à la réflexion et au recensement des élèves « non-répondants ».  

Le ministre de l'Éducation Nationale, Jean-Michel Blanquer, doit annoncer d'ici 15 jours les modalités pour une reprise progressive des cours à compter du 11 mai 2020. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société coronavirus : école à la maison santé rentrée scolaire
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter