À Saint-Palais-sur-Mer un homme tente de tuer sa fille et son épouse décidée à le quitter

Interpellé le soir-même des faits, le père de famille âgé de 55 ans a reconnu partiellement les faits. Il a été mis en examen pour tentative d'assassinat sur sa fille, et tentative de meurtre sur son épouse.

Véhicule de la Police Nationale image d'illustration
Véhicule de la Police Nationale image d'illustration © Christine Le Hesran

Presque une semaine après les faits, les personnels intervenant au centre équestre de Saint-Palais en Charente-Maritime sont encore sous le choc des évènements violents qui se sont déroulés au sein de leur structure.

Le mercredi 17 mars vers 18h30 une jeune fille de 12 ans qui pratiquait l'équitation au centre équestre de Saint-Palais sur mer a été victime d'une agression au couteau par son père. La mère de l'adolescente, qui s'est interposée pour la protéger, a été atteinte elle-aussi. 

Prises en charge par les secours, la mère et la fille ont été hospitalisées. Leur pronostic vital n'était pas engagé, mais la principale blessure de la jeune fille, touchée au thorax à quelques centimètres du coeur, aurait pu être mortelle. Sa mère a été grièvement blessée aux mains, et présentait aussi des plaies au visage et à la cuisse.

Il reconnaît avoir voulu tuer sa fille pour "punir" son épouse décidée à le quitter


Interpellé le soir-même dans la salle d'attente des urgences de l'hôpital de Royan où il venait faire soigner des blessures à l'arme blanche, le père de famille âgé de 55 ans a reconnu avoir voulu tuer sa fille pour "punir" son épouse décidée à le quitter. 

Il conteste par contre avoir voulu tuer son épouse, et indique avoir voulu se suicider après les faits, sans avoir le courage d'aller jusqu'au bout.

Mis en examen pour tentative d'assassinat (meurtre avec préméditation) sur sa fille, et tentative de meurtre sur son épouse, il a été placé en détention provisoire et encourt pour ces deux crimes la réclusion criminelle à perpétuité.

Les blessures des victimes ont donné lieu à 40 jours d'ITT pour la fille et 90 jours pour sa mère.
Une expertise psychologique va être menée pour évaluer le traumatisme occasionné.

Reportage de Corentin Fouchard, Apolline Guillerot-Malick et Bénédicte Biraud

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers violence conjugale société