• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Charron : double peine suite à la tempête Xynthia

En octobre 2011, une pelleteuse s'apprête à détruire une maison située en zone noire / © AFP/Xavier Léoty
En octobre 2011, une pelleteuse s'apprête à détruire une maison située en zone noire / © AFP/Xavier Léoty

La situation financière de Charron a été  bouleversée suite à la tempête Xynthia. Ses ressources ont été fortement impactées par la diminution du nombre d’habitants et de maisons. La Cour régionale des Comptes a épluché les finances entre 2011 et 2015, la commune a fait des sacrifices.

Par Valérie Prétot

Ce n'est pas une révélation mais  la chambre régionale des comptes de Nouvelle Aquitaine qui a examiné les finances de la commune de Charron montre que la tempête a saigné les finances de la commune.

Lors de l'hiver 2010, Charron avait été l'une des communes de Charente-Maritime les plus touchées par la tempête.

Charron (17) : la double peine après Xynthia
Un reportage de Y. Salaün et J. Bouchon avec l’interview de Jérémy Boisseau, le maire de Charron.


Vous pouvez lire le rapport sur leur site.

La destruction de 200 maisons


Les experts soulignent qu'avec la déconstruction à l’initiative de l’Etat de plus de 200 maisons sur 700 environ, la population totale est passée 2 337 habitants en janvier 2010 à 1 926 habitants en janvier 2015.

Pour garder un budget équilibré, la commune a réduit ses dépenses, limité ses investissements et augmenté ses impôts.

Elle a également choisi de renoncer à emprunter par exemple pour financer une digue qu’elle considérait comme nécessaire à sa protection.

A la suite de la réalisation d’un lotissement cette commune a retrouvé en 2015 le niveau de ses bases fiscales de 2009.
La possibilité d’investir et le recours à l’emprunt ne seront possible qu’à partir de 2020. 

Des années de sacrifices


La collectivité pourrait connaître une décennie pratiquement sans investissements, sauf ceux de reconstruction et celui de création d’une digue.
Les risques naturels sont quant à eux pris en compte à des degrés divers. La commune a mis en place un plan communal de sécurité (PCS) détaillé.

Le développement de Charron, après une phase de reconstruction réalisée grâce aux solidarités nationale et locales, est actuellement fortement ralenti par l’absence de financement disponible, la difficulté de retrouver un niveau de population satisfaisant et de maîtriser la complexité des procédures à respecter dans un territoire très protégé au plan environnemental.

Plus récemment trois lotissements sont sortis de terre mais le développement de la commune se heurte toujours au sentiment d’insécurité lié à Xynthia et à l’absence du choix d’une stratégie claire de protection contre la mer dans l’ensemble de la baie de l’Aiguillon.

Le maire de Charron rencontré aujourd'hui par des journalistes de France3 Atlantique n'est pas surpris par ce rapport. Il estime que la commune a subi une double peine.


Sur le même sujet

Emilie Beau

Les + Lus