Coronavirus : l'île d'Aix souhaite des traversées moins nombreuses et réservées aux résidents permanents

Le maire de l'île d'Aix demande aux autorités de prendre des mesures de restriction car il craint de ne pouvoir faire face à une éventuelle dégradation de la situation sanitaire en cas d'afflux de population sur l'île. La décision préfectorale est attendue dans l'après-midi.
L'île d'Aix se prépare à restreindre les liaisons maritimes avec le continent.
L'île d'Aix se prépare à restreindre les liaisons maritimes avec le continent. © Florent Loiseau, France Télévisions
Celles et ceux qui ont pris le bateau pour l'ile d'Aix ces derniers jours l'ont déjà remarqué. Il y avait beaucoup moins de passagers à bord que d'habitude : cent passagers maximum sur le Pierre Loti au lieu des 500 autorisés pour respecter les distances entre les passagers et les membres d'équipage.
Carte Ile d'Aix
Carte Ile d'Aix © Google Maps

Mais tous, résidents permanents ou secondaires, pouvaient faire la traversée.

Dès aujourd'hui et avec l'entrée en vigueur des restrictions de déplacement annoncées par le gouvernement pour lutter contre le coronavirus, les liaisons avec l'île d'Aix pourraient connaître un durcissement : moins de rotations avec le continent et surtout des traversées réservées aux insulaires résidents principaux et aux secours. 

"Si nous avons un ou plusieurs cas sur l'île, ça pourrait être compliqué à gérer" explique le maire de l'île d'Aix, Alain Burnet. 

Ma priorité, c'est de faire face à toute situation avec les ressources qui sont les nôtres.
- Alain Burnet, maire de l'île d'Aix

Des ressources qui aujourd'hui se comptent sur les doigts d'une main : une infirmière à temps plein et des pompiers mobilisables 24h/24 , mais le médecin ne consulte qu'une journée par semaine, le vendredi.

C'est peut-être suffisant en temps normal, mais pas en temps de crise.

Un médecin retraité vivant sur l'île a proposé ses services, nous espérons que le conseil de l'ordre
l'autorisera à exercer
- Alain Burnet, maire de l'île d'Aix


Ces derniers jours, l'île qui compte en basse saison 250 habitants, a vu des maisons d'ordinaire fermées se rouvrir.  Il y a eu "quelques" arrivées de vacanciers et de résidents secondaires "venus se mettre à l'abri"  reconnaît le maire. 

Je les comprends, le confinement est sans doute moins difficile chez nous qu'en ville et ils ne feront pas la queue une heure pour faire leurs courses.
-Alain Burnet

Mais la municipalité redoute un afflux plus important. Elle a donc demandé aux autorités de prendre des mesures "comme sur l'île d'Yeu, à Molène ou à Ouessant" où les liaisons avec le continent ont été fortement réduites et réservées aux insulaires. La préfecture devrait statuer dans la journée. 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société transports économie