Hiers-Brouage : le mariage avec Marennes ne plaît pas à tout le monde

© Joël Bouchon (France Télévisions)
© Joël Bouchon (France Télévisions)

Les habitants de Hiers-Brouage sont en colère et ils l'ont dit avec force lors d'une réunion publique consacrée à la création de la commune nouvelle avec Marennes. Ils voient, tout simplement, en ce rapprochement une annexion de leur village de 650 habitants par une commune dix fois plus grande.

Par Christine Hinckel

Le projet de création pour 2019 de cette commune nouvelle est déjà bien avancé mais il passe mal auprès des habitants de Hiers et de Brouage. La petite cité touristique, où est né Champlain, est renommée mais elle ne compte que 650 habitants. Et le rapprochement avec Marennes, qui compte un peu moins de 6 000 habitants, fait peur. Ils reprochent même à leur maire de brader leur commune et surtout de ne pas avoir assez communiqué auprès des administrés sur cette initiative.

Le maire de Marennes, Mickaël Vallet, était présent à la réunion organisée hier soir à Brouage. Il a défendu la nécessité pour les communes de mutualiser leurs moyens face aux baisses de dotations versées par l'état.
"La question, ce n'est pas la taille, de savoir si on est gros ou petit, la question c'est de savoir si demain à Hiers et à Brouage, le service sera rendu au plus près des habitants. On s'y est engagé ce soir" explique le maire de Marennes.

Malgré les ressentiments évoqués en réunion publique, la création de la commune nouvelle se concrétise et doit être validée par les conseils municipaux des deux communes. Certains habitants de Hiers-Brouage ne veulent pas baisser les bras et envisagent de rédiger une pétition qui sera envoyée au préfet de Charente-Maritime.

Plus d'informations et réactions avec le reportage de Frédéric Cartaud et Laurence Couvrand :
Les habitants de Hiers-Brouage contre le mariage avec Marennes
Reportage de Frédéric Cartaud et Laurence Couvrand Intervenants : Mickaël Vallet, maire de Marennes et Jean-Marie Petit, maire de Hiers-Brouage



 

Sur le même sujet

Interview de Bruno Belin, président du conseil départemental de la Vienne

Les + Lus