Nouvel échouage de dauphins morts sur les plages du littoral atlantique

Triste découverte pour plusieurs promeneurs sur les plages du Sud-Ouest. Depuis vendredi, une quarantaine de cadavres de dauphins se sont échoués sur le littoral entre l'île d'Oléron et la côte basque, notamment à Biscarrosse (Landes), où 21 carcasses ont été recensées.

Les grandes marées et le vent favorisent le rejet des cadavres de dauphin 

Selon nos confrères de Sud-Ouest, certains des mammifères échoués étaient éventrés. Le quotidien précise également que les stigmates que présentent les dauphins laissent peu de doutes sur les causes de la mort : les animaux sont décédés après avoir été pris accidentellement dans les filets de chalutiers. Avec les forts coefficients de marée et le vent soutenu, les carcasses des dauphins ont ainsi été rejetées sur les plages.

Les experts du laboratoire Pelagis, basé à La Rochelle, ne sont pas étonnés. L'un d'entre eux, Fabien Benaret, assistant ingénieur au centre des mamifères marins de la Rochelle, nous avait déclaré au début du mois de février 2016, que ces macabres découvertes n'ont rien d'"inhabituel". En hiver, les vents violents et la force des courants charrient plus facilement les corps des dauphins morts au large.

Conséquence de la saison de la pêche

"Près de 60% des animaux retrouvés présentent des traces de captures", selon Fabien Benaret qui insiste sur leur caractère "accidentel". Les pêcheurs ont en effet aucun intérêt à capturer des dauphins : ces mamifères d'1 m 50 de long pesant entre 80 et 110 kg peuvent endommager leurs filets et ralentir leur campagne de pêche.

Les chalutiers pélagiques, ces bateaux dont les énormes filets multiplient les capacités de capture, ne peuvent éviter d'attraper au passage des mamifères protégés. Les pêcheurs ne déclarent que rarement ces prises associées pour éviter de "se compliquer la vie" avec des dossiers administratifs et des rapports qui leur prendraient trop de temps, selon les mots de l'un d'entre eux.