Île d'Oléron : les voisins volent dans les plumes du coq Coco

Le coq Coco est au milieu d'une querelle de voisinage sur l'île d'Oléron. / © France 3
Le coq Coco est au milieu d'une querelle de voisinage sur l'île d'Oléron. / © France 3

Après Maurice l'été dernier, c'est maintenant au tour de Coco, un autre coq de l'île d'Oléron de provoquer la colère des voisins. Coco est bien trop bruyant à leur goût et ils mettent en demeure sa propriétaire de régler le problème au plus vite.

Par Christine Hinckel

Coco a une belle voix et il le sait certainement car il n'hésite pas pousser son Cocorico généreux très souvent, près d'une centaine de fois par jour, dit-on. Un chant qui ne dérange pas sa propriétaire, Paloma Albedro installée à St-Pierre-d'Oléron, mais qui irrite ses voisins. Ces derniers possèdent une résidence secondaire à portée de voix de Coco dans laquelle ils résident quelques semaines par an et ils n'apprécient pas d'être importunés par le chant qu'ils jugent intempestif du coq nain alors qu'ils sont en vacances. 


Une convocation judiciaire pour la propriétaire de Coco

La querelle de voisinage a pris une nouvelle dimension avec le courrier que Paloma a reçu de la part de ses voisins lui intimant de trouver définitivement une solution avant l'été. Une lettre suivie quelques jours après par une convocation judiciaire à une conciliation en mairie. 
Une menace qui n'a pas coupé le sifflet de Coco. Il continue à chanter de plus belle sans savoir ce que l'avenir lui réserve.


"Le coqs de l'île d'Oléron en colère"

Comme l'an passé avec Maurice toujours à St-Pierre-d'Oléron, cette histoire illustre la difficulté de vivre ensemble entre les habitants à l'année de l'île et les vacanciers qui recherchent avant tout le calme. La propriétaire de Maurice, Colette Fesseau, avait même reçu une lettre anonyme contenant une menace de mort . Ces affaires similaires ont conduit les deux femmes à monter une association "Les coqs d'Oléron en colère".
"Dans l'île d'Oléron, c'est une ruralité qui doit se jouer entre voisins, vacanciers, habitants de l'île d'Oléron, entre ceux qui sont à l'année et ceux qui sont en vacances donc il faut qu'ils tolèrent les bruits qui se font dans la vie. D'autres voisins qui sont là aussi à l'année, m'ont dit, ça ne nous dérange absolument pas" explique Colette Fesseau.
 
Les coqs en colère de l'île d'Oléron

L'affaire du coq Coco n'a pas fini d'alimenter la chronique de l'île d'Oléron. La conciliation entre la propriétaire du coq Coco et ses voisins plaignants doit avoir le 11 juillet prochain. En attendant, une manifestation de soutien aux propriétaires des coqs est annoncée.

 

Sur le même sujet

Limoges : cinq nouvelles rames pour la liaison SNCF avec Bordeaux

Les + Lus