À la Rochelle, les cinémas CGR essaient de limiter la baisse de fréquentation liée au pass sanitaire

Depuis la mise en place du passe sanitaire, le 21 juillet, la fréquentation des cinémas a fait une énorme chute, de l'ordre de 70%. À la Rochelle, les cinémas du groupe CGR s'adaptent et tentent de limiter les dégâts.
Les cinémas CGR de La Rochelle frappés comme les autres par la baisse de fréquentation liée au pas sanitaire
Les cinémas CGR de La Rochelle frappés comme les autres par la baisse de fréquentation liée au pas sanitaire © Romain Burot, France Télévisions

La météo carrément maussade sur le littoral  aurait pu être une excellente nouvelle pour les salles de cinéma. Mais depuis le 21 juillet, l'obligation de présenter un passe sanitaire à l'entrée des salles a provoqué une chute vertigineuse de la fréquentation. Le premier volet de la trilogie Kaamelott d'Alexandre Astier en a fait les frais comme l'explique la directrice des deux cinémas CGR rochelais.

Le mardi 20 juillet au soir, on avait l'avant-première de Kaamelott sans passe sanitaire. On était complet sur toutes les salles, on a fait presque 2.000 personnes sur l'ensemble des séances. Dès le lendemain pour la sortie du film la baisse a été faramineuse. 

Paméla Nicoli directrice des cinémas CGR de La Rochelle

Dans les salles qui accueillent en temps normal 150 personnes on ne compte aujourd'hui que 25 ou 30 spectateurs. Présenter un certificat de vaccination ou un test PCR négatif freine les élans des cinéphiles. "Le cinéma c'est une sortie un petit peu improvisée surtout l'été quand il pleut, et on a enlevé tout un pan de la spontanéité. Les gens, il faut qu'ils prévoient d'aller au cinéma et que toute la famille majeure dispose d'un passe sanitaire" déplore Paméla Nicoli.

Présentation du passe sanitaire à l'entrée des cinémas
Présentation du passe sanitaire à l'entrée des cinémas © Romain Burot, France Télévisions

Et les spectateurs qui se présentent à la caisse en ce moment le confirment. C'est le cas de Mauricette et Colette, deux amies vaccinées qui viennent voir Kaamelott. "Il faut se protéger pour protéger les autres. On est des inconditionnelles du cinéma, on ne change pas nos habitudes."

Pour Laurent qui vient au cinéma avec un ami, le passe dont il dispose depuis une semaine ne change rien à ses habitudes "Moi j'y vais presque tous les mois, je continue à y aller, avec le masque aussi."

Pour autant, si la fréquentation a plongé dès le 21 juillet et elle commence juste à remonter un petit peu. "Depuis quelques jours la baisse est moindre, est-ce que c'est la météo, ou est-ce que les gens commencent à comprendre qu'ils n'auront pas le choix, il faudra un passe sanitaire ou un test négatif" s'interroge Jocelyn Bouyssy le directeur des cinémas CGR. Avec son équipe il a décidé de faire du cas par cas.

Il dispose de 10 salles réparties entre le cinéma des Minimes et celui du Dragon. Aux Minimes la jauge est normale et il faut présenter le passe sanitaire, au cinéma le Dragon, les jauges ont été réduites à moins de 50 personnes qui n'ont donc pas à présenter un passe ou un test négatif.

Mais un tel fonctionnement n'est pas possible dans la durée.

J'ai tendance à dire que d'ici mi septembre ou fin septembre on va peut-être voir le bout du tunnel. De toutes façons ce serait catastrophique parce que tous les films qui ont été décalés depuis un an et demi, un jour ils vont partir sur les plateformes.

Jocelyn Bouyssy, directeur des cinémas CGR  

Pour le moment les cinémas CGR de La Rochelle qui font jusqu'à 3.000 entrées par jour l'été survivent grâce à la fréquentation de ses hôtels et restaurants, mais cela ne pourra pas durer éternellement.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture covid-19 santé société