Coronavirus : le report du festival de Cannes peut-il contraindre le festival du film de La Rochelle aussi à un report ?

Après l'annonce d'un possible report du festival de Cannes, celui de La Rochelle s'interroge sur l'organisation de l'édition 2020. Cannes envisagerait un report fin juin, début juillet, soit traditionnellement en pleine période du FEMA. Au festival, on poursuit les préparatifs mais on reste prudent.
Le 30 juin 2006, lors de l'ouverture du 34e festival du film de La Rochelle (FEMA).
Le 30 juin 2006, lors de l'ouverture du 34e festival du film de La Rochelle (FEMA). © XAVIER LEOTY/MAXPPP
"On n'est pas plus avancé qu'il y a 15 jours!", lâche ce mercredi matin, Arnaud Dumatin, délégué général du festival du film de La Rochelle (FEMA), face aux nombreuses incertitudes qui planent toujours sur l'organisation du prochain FEMA, du 26 juin au 5 juillet 2020.

"On continue de préparer l'édition 2020 du festival avec enthousiasme mais aussi avec une certaine lucidité", poursuit-il.

En plein confinement dû à la pandémie de COVID-19, l'annonce, le 19 mars dernier par le festival de Cannes qu'il ne pourrait pas se tenir du 12 au 23 mai comme prévu et qu'un "simple report" était envisagé "fin juin, début juillet", soit exactement aux dates du festival du film de La Rochelle (26 juin - 05 juillet), pourrait remettre en cause l'organisation du FEMA, tel qu'il est actuellement prévu.

Le FEMA, privé de "précieux collaborateurs"

Conséquence : "Nous serions privés de nos précieux collaborateurs (projectionnistes, régisseurs, interprètes, attachées de presse...)", indique le festival dans un communiqué publié le lendemain de l'annonce cannoise. Ces professionnels du cinéma sont, en effet, "engagés par les deux festivals".

"Il nous faudrait donc trouver d'autres projectionnistes, ce qui est possible, mais cela compliquerait nos démarches", assure Arnaud Dumatin, avec des coûts supplémentaires difficiles à supporter.

Quarante-huit ans que le FEMA se tient à cette période de l'année ! Une concomitance de dates avec celui de Cannes aurait un impact également sur les rencontres professionnelles qui se tiennent habituellement à La Rochelle pendant l'événement.

"On perdrait une partie de notre fréquentation professionnelle", estime Arnaud Dumatin. "On accueille des exploitants tous les ans, ils seraient probablement tous à Cannes et pas chez nous..." 

Dans sa programmation, La Rochelle propose une sélection intitulée "Ici et ailleurs", un choix de 40 et 50 films inédits et en avant première, sélectionnés dans d'autres festivals internationaux, tels que ceux de Berlin, Rotterdam ...ou de Cannes.

"Entre 20 et 30 films viennent du festival de Cannes chaque année. Si le festival de Cannes est reporté, ce serait plus compliqué de les montrer. On s'interroge : quelle serait la stratégie des distributeurs ? Attendraient-ils que leurs films soient d'abord montrés à Cannes ou dans d'autres festivals internationaux ? Donc, pour nous, comment réorganiser tout ça ?" 

En fin connaisseur de l'industrie du cinéma, le délégué général du festival du film de La Rochelle veut rester le plus lucide possible, d'autant qu'après l'annulation en cascade de toute une série de festivals, il "n'est pas du tout certain que Cannes puisse se reporter fin juin".

Nous n'avons pas la possibilité de reporter le festival du film de La Rochelle. Après nous, se déroulent les Francofolies, puis c'est la clôture de la saison pour la Coursive et à la rentrée, la programmation reprend
- A. Dumatin 

Des questions sans réponse

"Il existe beaucoup de paramètres qui militent en la faveur d'un report à d'autres dates ou même d'une annulation. A l'heure actuelle, on n'en sait rien. Fin juin, début juillet, c'est peut-être la période de report la plus favorable pour eux..."

D'autant, qu'ensuite, à la rentrée, d'autres festivals internationaux prennent le relais, celui de Venise, notamment.

"De ce point de vue, l'option (d'une édition fin juin début juillet) apparaît comme la meilleure pour eux, c'est certain. Mais en même temps, les films sélectionnés seront-ils prêts fin juin pour aller à Cannes ? Tous les studios de post-production sont fermés ! D'où cette incertitude : un report du festival de Cannes sera-t-il juste possible ?"

L'annonce officielle du festival de Cannes ne devrait pas intervenir avant le mois de mai.

Ces questions aujourd'hui sans réponse occupent désormais le quotidien de l'équipe de festival, toujours au travail. 

"Nous n'avons pas la possibilité de reporter le festival", explique Arnaud Dumatin. "Après nous, se déroulent les Francofolies, puis c'est la clôture de la saison pour la Coursive et à la rentrée, la programmation reprend."
En gare de La Rochelle, le 29 juin 2012, l'arrivée de la cinéaste Agnès Varda et de l'actrice Emmanuelle Riva au Festival International du film de La Rochelle.
En gare de La Rochelle, le 29 juin 2012, l'arrivée de la cinéaste Agnès Varda et de l'actrice Emmanuelle Riva au Festival International du film de La Rochelle. © MaxPPP / Sud Ouest / Couillaud Pascal

Un festival, "différemment"

Au vue des nombreuses incertitudes, l'équipe du FEMA prend déjà pour acquis que la prochaine édition du festival du film de La Rochelle devra "être envisagée différemment".

"Il faudra peut-être programmer moins de films et moins d'hommages. De la même manière, on ignore si les cinéastes auront la possibilité de se déplacer et de venir en France." 

Pour l'instant, assure Arnaud Dumatin, "on avance, mais on avance prudemment"


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture festival de cannes coronavirus/covid-19 santé société