• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Démoustication en cours dans le secteur de Rochefort

Le biocide utilisé contre les larves de moustique est inoffensif pour les autres espèces. / © Laurence Couvrand (FTV)
Le biocide utilisé contre les larves de moustique est inoffensif pour les autres espèces. / © Laurence Couvrand (FTV)

Le littoral atlantique est sous surveillance. Après les fortes précipitations du printemps, les moustiques risquent de proliférer. Une agence spécialisée surveille leur développement et traite avant le développement des larves.

Par Marie-Ange Cristofari

C'est un enjeu touristique majeur. Proposer aux estivants en séjour en Charente-Maritime un environnement le plus agréable possible. Et quoi de plus agaçant que le bruit du moustique et sa piqûre urticante ?

Les pouvoirs publics veillent


Face aux nombreuses plaintes (des touristes justement), un institut de démoustication a été créée à la fin des années 60. Il est aujourd'hui chargé de réguler la population des moustiques sur 5 départements (du Morbihan à la Gironde)
L'établissement public pour la démoustication du littoral a été crée en 1969 en Charente-Maritime / © Laurence Couvrand (FTV)
L'établissement public pour la démoustication du littoral a été crée en 1969 en Charente-Maritime / © Laurence Couvrand (FTV)

Toute l'année, une surveillance est opérée grâce à 63 agents (dont 16 en Charente-Maritime). Une action très encadrée puisque les 8 zones d'épandage sont déterminées uniquement sur arrêté préfectoral. Il s'agit principalement des secteurs proches des campings, marais, sous-bois, sur un total de 165 000 hectares dans notre département.



L'homme, principal "créateur" du moustique


L'expertise de cet établissement a permis d'observer le rôle des activités humaines sur la prolifération de l'insecte. Le moustique est moins présent dans les marais de production du sel, des huîtres, où l'eau est en circulation. Dès que le réseau de fossés ou les bassins sont abandonnés, il s'installe et prospère.

Un traitement au long cours et biologique

Les marais sont donc surveillés tout au long de l'année, et traités ponctuellement, lorsque les conditions le permettent et en fonction des relevés de terrain.
En hiver, dès la remontée des températures, un premier passage de biocide est possible pour stopper le développement des premières larves. La période la plus propice à leur envol reste toutefois le printemps.

Le développement des larves de moustiques est surveillé par les agents de janvier à décembre, avec des renforts à la belle saison. / © Laurence Couvrand (FTV)
Le développement des larves de moustiques est surveillé par les agents de janvier à décembre, avec des renforts à la belle saison. / © Laurence Couvrand (FTV)

Outre les pluies et les températures, la marée joue aussi un rôle déterminant. A partir d'avril, elle participe au réchauffement des eaux "intérieures" et favorise le développement des insectes qui voleront à l'été.

Démoustication en cours du côté de Rochefort
Un reportage de Laurence Couvrand, Didier Gomez, Maylis Gimenez Intervenants : Bruno Bouletreau, Chef de l'agence Aunis-Ré de l'Etablissement Interdépartemental pour la Démoustication (EID) ; Dominique Rabelle, Présidente de l'EID ; Sébastien Chouin, Directeur scientifique et technique de l'EID - France 3 Poitou-Charentes


Sur le même sujet

Gilets jaunes à Périgueux

Les + Lus