Handisport. Les jeunes nageurs de l’Académie Philippe Croizon s’entraînent à La Rochelle

Cette semaine, l’athlète quadri-amputé Philippe Croizon accueille à La Rochelle (Charente-Maritime) une vingtaine de nageurs handisport de l’académie qui porte son nom. Certains rêvent des jeux paralympiques de Paris en 2024.

“Allez, feu !” Concentré, chronomètre en main, l’entraîneur donne la cadence. Dans le bassin de la piscine Lucien Maylin à La Rochelle, une vingtaine de prodiges de la natation s’entraînent ce mardi 26 avril 2022. Ils arrivent tout droit de Vichy, où l’Académie Philippe Croizon a ouvert ses portes il y a quatre ans.

C’est la première structure handisport privée à but non lucratif en France. “Je voulais offrir à des jeunes l’opportunité que l’on m’a offerte, juste la confiance qu’il mérite”, explique Philippe Croizon, faisant référence à sa traversée de la Manche en 2010. “Ce ne sont pas des jeunes nageurs en situation de handicap, je préfère dire que ce sont des jeunes warriors capables autrement.”

Les J.O, “un rêve d’enfant” 

Dans le bassin, Théo Feipel enchaîne les longueurs. Avec ses camarades, il se prépare aux championnats de France handisport à Valenciennes début juin 2022.  Le jeune homme de 17 ans étudie à l’Académie Philippe Croizon depuis trois ans. Atteint d’une lésion médullaire depuis sa naissance, il nage uniquement à l’aide de ses bras.

 

La natation étant un sport individuel, l’Académie lui amène un véritable soutien. “Être un groupe permet d’avancer tous ensemble et de se tirer vers le haut à l’entraînement”, explique-t-il. “Quand quelqu’un a un coup de moins bien, on le motive.” Son objectif ? Les Jeux Paralympiques. “C’est un rêve d’enfant.” 

Concilier étude et sport

Pour sa camarade Elisa Martin Borie, c’est la même chose. A 17 ans, l’élève en classe de première nage 14 heures par semaine. “Quand je loupe des cours, je les rattrape avec des professeurs ou avec des camarades”, explique-t-elle. A cause d’une maladie congénitale, l’arthrogrypose des membres supérieurs, ses muscles et ses articulations sont bloqués au niveau des bras. 

Dans la vie de tous les jours, elle est plutôt autonome, sauf lorsqu’il s’agit d’attraper quelque chose en hauteur, ou de porter du poids. Dans le bassin, elle nage avec les jambes exclusivement. Sa spécialité est le 50 mètres papillon. “Je le nage en ondulation.” Pour elle, être dans l’académie l’aide à accepter son handicap. “On rencontre des gens qui vivent des situations similaires et on montre que notre handicap peut être une force. Il faut savoir s’en servir dans la vie.”

“On les voit progresser”, se réjouit Philippe Croizon, venu partager avec eux sa passion pour les défis. Car la particularité de l'académie, c'est aussi de se lancer dans des aventures hors normes : “On a fait un aller-retour en relais entre lCap Gris-Nez et le Cap Blanc-Nez, ça représente 30 kilomètres dans la Manche dans les vagues”, sourit fièrement Fabien Maltrit, entraîneur.

En novembre dernier, certains d'entre eux ont nagé un peu plus de sept heures, entre Tahiti et Mooréa. "Une traversée au milieu du pacifique avec une profondeur de 3000 mètres sous les nageurs.” !"

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité