Naufrage du Grande America : un robot sous-marin à bord d'un navire norvégien inspecte l'épave du cargo

Le navire norvégien Island Pride équipé d'un robot sous-marin sur les lieux du naufrage du Grande America - 2019. / © Marine nationale
Le navire norvégien Island Pride équipé d'un robot sous-marin sur les lieux du naufrage du Grande America - 2019. / © Marine nationale

La surveillance est constante depuis le naufrage de cargo italien. Un bateau norvégien spécialisé et équipé d'un robot sous-marin est sur zone au dessus du Grande America. L'épave a été précisément relocalisée, elle serait stable depuis le 12 mars et les fuites très faibles.

Par Fabrice Dubault


Les investigations sous-marines, menées par l’armateur italien du Grande America sur l’épave du cargo, se poursuivent au large de La Rochelle.
Elle sont effectuées depuis le navire spécialisé norvégien Island Pride équipé de ROV, un robot sous-marin.
 

Une relocalisation précise de l’épave a été réalisée


A un peu plus de 300km au large de La Rochelle, l'Island Pride ausculte l'épave du Grande America à l'aide d'un robot par plus de 4.000 mètres de fond.
Selon le communiqué de la préfecture maritime Atlantique, l'épave est "intègre et posée droit sur un fond sableux, elle est enfouie de plusieurs mètres sur sa partie arrière".

Les observations aériennes réalisées depuis une semaine par un Falcon 50 de la Marine nationale et un Beechcraft 350 de la Douane française ont fait état de quelques irisations de faible intensité en surface à la verticale de l’épave. Ces résidus de fioul et d'huile disparaissent sous l’effet du brassage naturel de la mer et ne sont pas récupérables par le BSAA (Bâtiment d’Assistance et de Soutien Affrété) Argonaute, précise la préfecture. L’Argonaute a donc été renvoyé vers le port de Brest, en fin de semaine dernière.

Des moyens aériens continuent de surveiller la zone, ainsi que le système satellite Cleanseanet de l’EMSA, Agence Européenne pour la Sécurité Maritime, afin de s’assurer de l’absence de remontées significatives d’hydrocarbures à la verticale de l’épave.
 

Sur le même sujet

Des livreurs de Deliveroo relient Bordeaux à Paris pour dénoncer leurs conditions de travail

Les + Lus