La Rochelle. La CGT demande la fermeture de la plateforme d'appels Sitel à Périgny

La CGT exige du préfet de Charente-Maritime la fermeture administrative de la plateforme d'appels Sitel située près de La Rochelle. Le syndicat estime que les mesures mises en place par la direction sur le site de Périgny ne sont pas suffisantes.

Photo d'illustration, Sitel à Périgny en 2011.
Photo d'illustration, Sitel à Périgny en 2011. © Couillaud Pascal, MaxPPP
La CGT demande la fermeture de la plateforme d'appels Sitel située à Périgny près de La Rochelle. Le syndicat justifie sa demande de fermeture au nom de la santé des salariés. 

Les salariés travaillaient à 80 personnes dans la même pièce et se croisaient régulièrement, vendredi la direction a mis en place des fléchages pour que les salariés ne se croisent plus suite à notre intervention. On demande au moins une fermeture provisoire pour désinfecter l'ensemble du bâtiment mais on n'a pas eu de satisfaction sur ce point. La DIRECCTE (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) nous a donné raison, il y a bien des suspicions de coronavirus, des salariés ont été mis en quarantaine, notre alerte n'était pas infondée.
Yvonne Gaborit, secrètaire départementale CGT de Charente-Maritime.

Ce lundi matin, le syndicat CGT n'avait pas de réponse de la part du préfet de Charente-Maritime suite au courier envoyé par le syndicat. 
"Je sollicite la fermeture de cette entreprise non essentielle à la vie de la Nation, et qui pourrait bien devenir un nouveau foyer de propagation pour la ville de La Rochelle" a écrit Yvonne Gaborit dans la lettre envoyée au préfet.

Chez Sitel, il n'y a plus que 160 personnes qui travaillent sur le site de Périgny, contre 750 habituellement. Des salariés avaient déjà débrayé dés le 17 mars pour exprimer leur inquiétude. 
Selon David Phélippeau reprèsentant de la CGT Sitel, le site de Périgny est un foyer de contamination. Le délegué est dans l'attente de préconisations de l'inspection du travail. 

12 suspicions de cas selon la direction 

La directrice générale de Sitel France est formelle, il n'y aura pas de fermeture du site.

Nous ne faisons pas partie des activités que l'Etat a demandé de fermer. On se retrouve parmi les entreprises destinées à faciliter des services pour le confinement des Français. On obéit à la loi. On espace les salariés, il y a du ménage renforcé, des portes que l'on maintient ouvertes. On a la chance à La Rochelle d'avoir une infimière sur site, à ce stade, nous avons 12 suspicions de cas sur le site de La Rochelle, les salariés sont en arrêt de travail. On prend des nouvelles tous les jours. Pour l'instant, les différentes autorités qui vérifient ce que l'on fait, nous disent que l'on peut continuer à travailler,
- Chloë Beauvallet, directrice générale de Sitel France.

De son côté la Préfecture de Charente-Maritime précise qu'elle ne prend pas de mesures de fermeture administrative car Sitel s'est engagé à mettre en place les mesures de prévention et de protection des salariés préconisées par la Dirrecte. La Direction des entreprises et plus particulièrement l'inspection du travail est mobilisée pour répondre aux entreprises et aux salariés. Sa mission est de mettre en place des mesures.

L'entreprise doit mettre en place des sens de circulation, respecter l'espacement des postes de travail et mettre en place des échanges réguliers avec les médecins du travail au sein de l'entreprise, selon la Préfecture.

Sur le site de Sitel à Périgny, quelques salariés ont en charge les appels du numéro vert gouvernemental sur le Covid-19 : 0 800 130 000.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société