La Rochelle : manifestation des opposants au projet de nouvelles bassines de substitution

Ce matin, des opposants au projet de construction de 19 nouvelles bassines de retenue de l'eau dans la région ont manifesté devant la préfecture de Charente-Maritime à La Rochelle alors que se tenait une réunion destinée à évoquer les réserves en eau des nappes phréatiques du département.

Les manifestants de la Confédération Paysanne et des associations environnementales devant la préfecture à La Rochelle.
Les manifestants de la Confédération Paysanne et des associations environnementales devant la préfecture à La Rochelle. © Hugo Lemonier
La manifestation a réuni des représentants de la Confédération Paysanne et des militants d'associations environnementales réunis dans un collectif citoyen s'opposant au projet.
La construction de ces 19 retenues de substitution dans le bassin de la Sèvre Niortaise a été autorisée par un décret co-signé en octobre par les préfets de Charente-Maritime, des Deux-Sèvres et de la Vienne.

Quinze retenues sont prévues en Deux-Sèvres, deux en Charente-Maritime et deux dans la Vienne. Elles concerneront un volume total de 8,6 millions de mètres cube. Le coût de leur construction qui doit intervenir entre 2018 et 2021 est estimé à 60 millions d'euros dont 40 sur des fonds publics. 

Les opposants à la construction de ces bassines ont déjà manifesté leur désaccord notamment lors d'une manifestation à Niort le 26 septembre dernier. Elle avait rassemblé 250 personnes parmi lesquelles plusieurs associations et syndicats de défense de l'environnement, des pêcheurs, des agriculteurs de la Confédération paysanne ainsi que des citoyens et des élus locaux.
 


Gaspillage des ressources en eau

Ce matin à La Rochelle, les manifestants ont rappelé leurs arguments pour s'opposer à la création de ces bassines en réaffirmant "qu'elles sont construites au bénéfice des seuls céréaliers qui ne représentant que 10 % des agriculteurs de la région". Pour eux, ces retenues ne font que gaspiller les ressources en eau et contribuent à l'assèchement des nappes phréatiques. Elles se remplissent en eau en hiver en pompant dans les nappes phréatiques pour être ensuite utilisées en été.

"Ces agriculteurs n'ont aucune notion du partage de l'eau, c'est un bien commun, l'eau et tous ces projets sont quand même finnacés à travers les factures d'eau de l'ensemble des citoyens donc c'est de l'argent public. Les bassines sont subventionnées" affirme Jean-François Périgné, Secrétaire national en charge de l'eau de la Confédération paysanne.

Le reportage à La Rochelle d'Hugo Lemonier, Marc Millet et Olivier Pallas :

Manifestation contre les bassines




 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement société agriculture économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter