La Rochelle : des tags pro-nazi et anti-islam découverts dans un stade

Publié le Mis à jour le
Écrit par Richard Duclos .

A La Rochelle, une plainte va être déposée après la découverte de tags pro-nazi et anti-islam dans l'enceinte du stade Bouffenie, dimanche 24 mars.

Un drapeau nazi, des croix gammées, une inscription anti-islam… Dimanche 24 mars, plusieurs tags ont été découverts sur les murs du Stade Armand Bouffenie à La Rochelle. L'un d'eux, inachevé, est une référence à l'attentat de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, qui a pris pour cible deux mosquées.



Rapidement, les services municipaux sont intervenus pour dissimuler les inscriptions derrière des plaques de bois avant de les nettoyer. Un constat a été fait sur place par la police judiciaire et une plainte sera déposée dès lundi 25 mars, a annoncé la municipalité dans un communiqué.

 





Le maire Jean-François Fountaine dénonce par ailleurs "cette nouvelle attaque xénophobe contre les valeurs républicaines et réaffirme son soutien et sa solidarité envers les victimes de toute discrimination."

 


Abdelouahed Tatou, le président de l'association culturelle islamique de la Charente-Maritime (ACICM), a lui aussi annoncé vouloir déposer plainte contre X. "Ce sont des inscriptions assumées et signées, c’est un groupuscule d’extrême-droite", déclare-t-il. "Les autorités compétentes dans ce domaine doivent savoir qui a fait ça, ça gravite autour de La Rochelle, Royan et Saintes. Il y a un groupuscule néfaste qui peut à tout moment déraper, passer à l’acte et commettre l’irréparable, et on ne veut pas en arriver là."

 
"Il y a un groupuscule d’extrême-droite néfaste qui peut à tout moment déraper", estime Abdelouahed Tatou, le président de l'association culturelle islamique de la Charente-Maritime ©France 3 Poitou-Charente










 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité