Stade Rochelais : la ferveur des supporters à l'entraînement des Jaune et Noir

Publié le
Écrit par Clément Massé .

2 000 personnes ont assisté gratuitement ce vendredi à l'entraînement des rugbymen du Stade Rochelais. Les supporters témoignent ainsi leur enthousiasme à une équipe qui les a fait rêver la saison dernière.

Comme un avant-goût des matchs de la prochaine saison : le Stade Rochelais ouvrait gratuitement au public l'entraînement des joueurs, pour la troisième fois ce mois-ci. Dans les gradins, la ferveur des 2 000 supporters est palpable.

"Le rugby nous manque, ça fait presque un mois qu'on n'a pas eu de matchs, lâche un retraité venu avec ses petits-enfants. On a fait la surprise aux trois petits-enfants pour qu'ils puissent voir l'entraînement. Pour le petit dernier de 4 ans, un match, c'est trop de bruit. Là, c'est bien."

Lorenzo, 11 ans, ne rate rien des actions sur le terrain. C'est la première fois qu'il assiste à un entraînement de l'équipe qui l'a fait rêver la saison dernière. "On était content de regarder les matchs avec Papy et on est content qu'ils aient gagné la Coupe d'Europe".  

Un peu plus loin, Clara, 14 ans, profite aussi de l'opportunité d'assister à l'entraînement des Jaune et Noir. "J'ai emmené le ballon, le t-shirt, pour essayer d'avoir des autographes", confie-t-elle, heureuse qu'il y ait "du monde".

Pour moi, le Stade Rochelais, c'est une des meilleures équipes de Top 14. On attend qu'ils obtiennent le bouclier de Brennus. Ils y arriveront, j'en suis sûr.

Dominique, vacancier venu de Reims

Dans le public, se trouvent aussi des vacanciers. Cédric et Gaëlle viennent de Rixheim, en Alsace. La famille de Madame, qui est  "de La Rochelle", "nous a préparé cette surprise", explique Cédric. Gaëlle est d'autant plus ravie qu'elle fête ses "40 ans" et que ses enfants "rêvent de devenir pro".

"Les enfants ont vu plein de matchs, mais ils n'ont jamais assisté à un entraînement pro, raconte Gaëlle. Ça va leur servir d'exemple."

La famille s'est habillée "aux couleurs du club" et confie volontiers vivre une journée "exceptionnelle".

Dominique, lui, est originaire de Reims et  "adore le rugby", même s'il vient plus d'une terre de "football". "Pour moi, le Stade Rochelais, c'est une des meilleures équipes de Top 14. On attend qu'ils obtiennent le bouclier de Brennus. Ils y arriveront, j'en suis sûr. On aurait aimé suivre un match, là, c'est un entraînement. C'est l'occasion!"

Supporter, dès 14 mois

L'entraînement, gratuit pour le public, attire jusqu'aux plus jeunes. Claire est venue en famille avec son bébé de 14 mois, Simon, habillé d'un t-shirt à l'effigie des Maritimes. 

Elle vient de Niort et a fait la route pour montrer le stade Marcel-Deflandre à ses enfants et leur faire vivre "la convivialité et le bon esprit" du rugby. 

"Mon conjoint est abonné. Il a sa place à tous les matchs. Nous, on vient quand on peut. On va essayer d'avoir des places pour notre grande !", explique-t-elle, heureuse, "de voir les joueurs de près !"

Nos supporters sont franchement incroyables. Ce n'est même pas un match et ils sont là !

Raymond Rhule, ailier du Stade Rochelais

Déjà 15h, l'entraînement touche à sa fin. Plusieurs joueurs approchent des tribunes et se plient volontiers aux jeux des autographes avec le public, malgré la chaleur.

"C'est la canicule cette semaine, alors les entraînements, c'est super dur", confie l'ailier Pierre Boudehent. S'entraîner devant les supporters, les joueurs apprécient. "On a de très bons joueurs sur le terrain et donc des entraînements de qualité", poursuit-il, visiblement satisfait du travail accompli à l'entraînement ce vendredi.

A ses côtés, l'ailier sud-africain Raymond Rhule s'enthousiasme d'une telle ferveur de la part du public. "Il y a de l'ambiance et pour moi, nos supporters sont franchement incroyables. Ce n'est même pas un match et ils sont là !"

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité