Un jeune coiffeur rochelais prend de son temps libre pour couper les cheveux gratuitement aux personnes sans-abri

Coiffeur dans la banlieue rochelaise, Benjamin Lhomme donne de son temps libre pour proposer des coupes de cheveux aux personnes sans-abri gratuitement. Une initiative très appréciée par les concernés.

Quoi de mieux que de se faire couper les cheveux à côté du port de La Rochelle ? De manière improvisée, Benjamin Lhomme propose ses services en coupant gratuitement les cheveux des personnes sans-abri, à la vue de tous les passants.

"Ça leur donne le sourire et moi aussi"

C'est un jour de Noël que le jeune coiffeur rochelais eut cette idée. "J’ai commencé en 2021, le 25 décembre, à Noël, sur un coup de tête. Après, je l’ai refait pendant le festival des Francofolies, en étant associé avec une entreprise qui propose de la vente de fast-food", raconte Benjamin Lhomme. "Cela faisait longtemps que je n'avais pas coupé les cheveux à des SDF, car je ne voulais pas avoir cette image du gars qui fait ça pour le buzz, alors que je le fais pour la bonne cause."

Au départ, Benjamin n'était pas du tout destiné à avoir des mains d'argent. "J’étais en électricité-bâtiment et j’ai tout arrêté au confinement, parce que ça me plaisait de moins en moins. Je me suis tourné vers ce qui me plaît, les designs et les dégradés. J’ai appris tout seul sur YouTube et je me suis lancé dans une école de coiffure, à l’école Terrade à côté de la gare", révèle le jeune homme. Depuis plus d'un an, il est salarié au salon la Garçonnière dans le centre commercial Beaulieu, à Puilboreau, dans la banlieue rochelaise.

Donner de son temps pour les autres

Sur son temps libre, Benjamin Lhomme aide comme il peut les personnes qui en ont besoin. "Déjà, parce que ça leur donne le sourire, et moi aussi. Malgré leurs difficultés à vivre, ils sont quand même heureux. Ils essayent de s’en sortir et on est là pour eux." La coiffure demeure un moment intime et d'échange, même avec les personnes sans domicile. "On parle de tout, de comment en sont-ils arrivés là, à dormir dans la rue, est-ce qu’ils ont toujours été à La Rochelle, pourquoi ils sont arrivés là, est-ce que des gens viennent les aider", raconte le coiffeur rochelais.

Quand tu es SDF, on a vite fait de se dégrader.

Denis

Sans-abri à La Rochelle

Aujourd'hui, c'est Denis qui se prête au jeu. Ce n'est pas la première fois que ce sans-abri est sollicité par Benjamin, pour son plus grand plaisir. "Quand tu es sans domicile fixe, ce n’est pas évident. C’est la deuxième fois qu’il me coupe les cheveux. J’avais une place pour me faire couper les cheveux pas avant le 1ᵉʳ juillet dans les centres d’accueil de jour, donc là, je suis trop content", s'exclame Denis. "Quand tu es SDF, on a vite fait de se dégrader : sans domicile fixe, c’est une horreur. Il faut vraiment prendre soin de soi : c’est important de s’aimer avant d’aimer les autres, il faut quand même un bien-être."

Cette initiative, Benjamin Lhomme la partage sur les réseaux sociaux pour sensibiliser les plus jeunes au sort des SDF. "Moi, ça me touche, j’aimerais ne pas être à leur place", dévoile-t-il. "En faisant ça, les gens viennent les voir et reçoivent plus de monnaie parce qu’ils les ont vus sur les réseaux sociaux, du coup moi, je kiffe."

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Help Share (@help_share_)

Quand Benjamin le sollicite pour se faire couper les cheveux, Denis est ravi. "Je fais en sorte de me respecter : je prends l’initiative d’accepter tout de suite parce que j’ai de la chance que Benjamin me propose. Je vois pourquoi je dirai non, sourit-il. C’est une superbe chose, on voit qu’il a un vrai élan de solidarité et qu’il a du cœur aussi."

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité