Naufrage au large de l'Île d'Oléron : le chalutier a été renfloué et remorqué à Boyardville

Le Yéti a retrouvé son port d'attache 24 heures après son naufrage. L'opération de déséchouement, de renflouage puis de remorquage à débuté en fin de nuit. Plusieurs navires ont participé aux manoeuvres pour sauver le navire. Il aura fallu six heures pour y parvenir.
Le Yéti est à première vue assez peu endommagé, malgré son chavirage dans la nuit de dimanche à lundi
Le Yéti est à première vue assez peu endommagé, malgré son chavirage dans la nuit de dimanche à lundi © France 3 Nouvelle-Aquitaine
Il aura fallu attendre une marée favorable, très tôt ce matin. Plusieurs navires sont intervenus pour mener à bien la délicate manœuvre qui aura duré six heures.

Dans cette flotte de sauvetage, la Trézence, un bateau-grue du département de la Charente-Maritime dédié en temps normal au nettoyage des parcs ostréicoles, a été secondé par un autre chalutier du port de Boyardville.

Sous le choc

Le patron naufragé et son matelot étaient ce matin encore sous le choc.
"Le bateau a chaviré très vite. Une première lame nous a couché une seconde nous a fait chavirer," raconte le patron Jessy Maingueneau.

Il nous a fallu au moins trois quarts d'heure d'efforts pour rejoindre la plage des Saumonards, dans une eau qui ne devait pas pas dépasser les 16 degrés !
- Jessy Maingueneau, patron du Yéti

Les deux hommes ont fait de grands signes un véhicule blanc qui se trouvait en haut de la dune mais ce dernier s'en est allé "comme si de rien n'était", d'après eux.
Jessy et son matelot Yohan ont dû marcher deux kilomètres pour trouver le camping où fort heureusement il y avait un gardien qui a pu donner l'alerte.
Après avoir été conduit à l'hôpital de Rochefort les deux hommes ont pu regagner leur domicile hier soir. Dans quelques jours le Yéti doit être remorqué vers son chantier d'origine afin de mesurer les dégâts.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers pêche économie intempéries météo