278 euros pour 11m² : un homme vivait dans un logement insalubre depuis 20 ans à Royan

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sophie Goux .

La préfecture de la Charente-Maritime vient de déclarer insalubre un logement de 11 mètres carrés dans lequel un homme vivait depuis 20 ans. Un taudis pour lequel il payait 278 euros de loyer.

278 euros de loyer mensuel pour 11 mètres carrés

Un "logement" dans lequel la pluie ruiselle quand il pleut, les murs sont moisis par endroit, des bandes d'autocollant sont accrochées au plafond pour éviter que les insectes envahissent le logement, des sacs de supermarché font office de placards ou de penderie. Xavier y vit depuis plus de 20 ans. Au début, c'était par simple commodité, il a demandé à ses propriétaires de faire quelques travaux, en vain. Et puis il a perdu son travail de chauffeur-routier et s'est retrouvé avec 500 euros de revenus. 

Ses propriétaires lui ont demandé de quitter ce taudis ou d'accepter une augmentation du loyer.

J'ai vraiment eu peur de me retrouver à la rue avec mes quelques meubles et mon chat, de me retrouver comme ça sans emploi sans rien, à la rue et je fais quoi ?

Xavier

Xavier fait alors une demande de logement social. Mais à Royan, il n'est pas le seul. Plus de 2.000 personnes sont déjà sur une liste d'attente. Et les locations manquent selon le conseiller municipal en charge du logement, Bruno Jarroir :" il y a un vrai problème à Royan, c'est le taux de résidences secondaires. Les gens préfèrent louer à la semaine, voire au weekend plutôt que de faire des locations pérennes. C'est tout cela que nous devons orchestrer et ce n'est pas simple."

Bonne nouvelle cependant pour Xavier, son logement vient d'être déclaré insalubre à titre irrévocable. Ses propriétaires ont deux mois pour lui trouver un logement et ils devront payer les trois premiers mois de loyer.

Reportage d'Alain Darrigrand, Laurent Pelletier et Martine Sitaud

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité