Charente-Maritime : le futur port de plaisance de La Tremblade commence à prendre forme

Ce projet vieux de plus de quinze ans devrait voir le jour au printemps 2021. La Tremblade proposerait ainsi une nouvelle escale en pays Royannais pour les plaisanciers.

La Place Faure Marchand bientôt transformée en bassin à flot
La Place Faure Marchand bientôt transformée en bassin à flot © Artgraphik Média Productions
Dans le centre-bourg de La Tremblade, on a depuis toujours l'habitude de se garer sur la place Faure Marchand. On y déambule aussi les jours de marché au milieu des camelots et des marchands de légumes. Une place stratégique donc pour la vie quotidienne des Trembladaises et Trembladais. Un quotidien qui risque fort d'être un peu bousculé dans les mois à venir, car, après les norias de camions qui vont évacuer les tonnes de gravats de ce chantier pharaonique, les voitures de Faure Marchand vont laisser place à... des voiliers.

50 000 m3 de déblais à évacuer

Cela fait dix-sept ans que ce projet de port de plaisance a vu le jour. Les fondations du futur bassin, une paroi moulée en béton qui descend jusqu'à 9 m de profondeur, viennent d'être achevées et on s'attaque maintenant aux tranchées qui accueilleront les alimentations en réseau de l'outil portuaire. Viendra alors le temps des tractopelles et des camions qui auront la très lourde tâche d'évacuer quelques 50 000 m3 de déblais.
 
© P. Simon - France Télévisions
 

Il se trouve que de l'autre côté de la Seudre, à Saint Agnant, il y a une ancienne carrière qui demande des matériaux pour être rebouchée, donc c'est un gros avantage pour notre opération.

Jean Pierre Tallieu, Vice-Président du Conseil Départemental de la Charente-Maritime
 

Presque deux fois plus de demandes que de places disponibles

Inutile de dire qu'elles seront chères les places sur les pontons de La Tremblade, quand on connaît les difficultés de trouver un anneau sur toute la façade atlantique. Chères pas tant par le prix mais parce que le syndicat mixte des ports de l'estuaire de la Seudre a déjà reçu presque deux fois plus de demandes que de places disponibles, à savoir 115. Priorité a donc été donnée aux usagers actuels du chenal. Une cinquantaine d'entre-eux s'est montrée intéressée. Pour les autres, les inscriptions sur la liste d'attente seront ouvertes courant novembre.
 
Pour l'instant, les bateaux des usagers du port sont à l'échouage à marée basse
Pour l'instant, les bateaux des usagers du port sont à l'échouage à marée basse © P. Simon - France Télévisions
 

Nous sommes de toute façon limités en terme de tirant d'eau car le bassin fonctionnera avec une écluse; nous n'accepterons que des voiliers avec un maximum d'1,60 m et surtout en tirant d'air avec des mâts de 15,20 m maximum à cause de lignes à haute tension. Donc a priori des voiliers d'une dizaine de mètre de long.

Pierre-Yves CHEVALIER, Directeur du port de la Tremblade

Il faudra donc attendre le printemps prochain pour voir le premier voilier s'amarrer sur la place Faure Marchand. Coût de l'opération : 11 millions d'euros financés à part égale par la communauté de commune de Royan Atlantique et le département de la Charente-Maritime.    

Les grandes manœuvres on débuté sur le chantier du futur port de plaisance de La Tremblade :
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nautisme mer nature ports économie transports transports maritimes