Des élus picto-charentais reçoivent un courrier de l'avocat de Ségolène Royal

Frédéric Neveu est 1er Vice-Président de la Communauté d'Agglomération. Olivier Chartier est le patron de "Les Républicains" de la Vienne. Dominique Bussereau est le président du conseil départemental de Charente-Maritime. Les 3 hommes viennent de recevoir un mail de l'avocat de Ségolène Royal. 

Monsieur,
Madame Ségolène Royal me remet un dossier faisant apparaître que vous avez tenu, à son égard, des propos susceptibles de donner lieu à des poursuites judiciaires.
Conformément à mes règles déontologiques, je vous serais très obligé de bien vouloir m’indiquer le nom de votre avocat afin que je puisse entrer en relation avec lui à l’occasion de cette affaire."
Jean Ennochi, avocat à la Cour



Comme Florent Boudié, le porte-parole de la région ALPC, Frédéric Neveu et Olivier Chartier ont reçu a reçu un mail-type signé de l'avocat de Ségolène Royal. L'ancienne présidente de l'ex-région Poitou-Charentes fait feu de tout bois et met à exécution sa volonté de "porter plainte pour diffamation" à la suite du rapport Ernst&Young  commandé par Alain Rousset et qui mettait en cause la gestion financière de l'ancienne région Poitou-Charentes.

Frédéric Neveu a décidé de prendre la démarche avec humour, d'autant qu'il pense que c'est un tweet qui lui est reproché, dans lequel il avait écrit : "Pour Ségolène Royal, ce n'est pas un Panama Papers mais un "Poitou Papers" : moins exotique mais préjudiciable !"


"L'humour, puisque mon tweet a de façon objective et évidente ce seul but, serait-il maintenant condamnable en France ou plutôt dans l'ex-royaume de Poitou-Charentes ?" écrit Frédéric Neveu sur son blog.

De son côté, Olivier Chartier vient d'annoncer sur son compte Twitter qu'il avait lui aussi reçu un courriel.



Olivier Chartier affirme qu'il ne se laissera pas distraire de sa volonté d'aller jusqu'au bout sur les pratiques financières des anciens dirigeants de l'ex-région Poitou-Charentes. Avec Florent Boudié, il avait animé la conférence de presse qui suivait les révélations du cabinet Enst&Young. En occupant la présidence de la commission des finances de la nouvelle région ALPC, il a désormais accès à l'ensemble des dossiers budgétaires.  

Dominique Bussereau, ancien ministre des Transports (LR) et président du conseil départemental de Charente-Maritime est dans le lot. Lui aussi a reçu le même courriel, ce qu'il commente avec détachement sur son compte Twitter.