Une fausse audience correctionnelle à Saintes pour la nuit du droit

Reconstitution d'un procès pour la nuit du droit / © Laurence Couvrand Francetv
Reconstitution d'un procès pour la nuit du droit / © Laurence Couvrand Francetv

Le prévenu a-t-il commis les faits de violences sur sa compagne qui lui sont reprochés? Voilà ce que les participants à la nuit du droit devaient déterminer à Saintes. Ils ont tous joué un rôle différent et ont ainsi pu constater que rendre la justice n'est pas si simple.

Par Sophie Goux

Le président du tribunal était bien un magistrat, mais tous les autres intervenants dans ce procès étaient, pour leur part, totalement étrangers au monde de la justice. Des citoyens volontaires, qui ont endossé le rôle d'un avocat, d'un prévenu, d'une victime, d'un huissier. Une façon, en reconstituant une audience correctionnelle, de leur faire découvrir les rouages de la justice et le déroulement d'un procès. Et pour beaucoup, les choses se sont avérées plus compliquées que la perception qu'ils pouvaient en avoir.
Il fallait déterminer si le prévenu s'était bien rendu coupable de violences sur sa compagne. Un sujet qui fait malheureusement le quotidien des audiences correctionnelles ou des cours d'assises. Et, à l'issue de l'audience, le prévenu a été relaxé.

Reportage de Pascal Foucaud et Laurence Couvrand. Intervenants : Loïc Cornerin, professeur de lettres. Pauline Saquet, élève au lycée Bellevue de Saintes. Claire Liaud, magistrate et présidente du tribunal de grande instance de Saintes.
Une fausse audience correctionnelle à Saintes pour la nuit du droit
Pascal Foucaud et Laurence Couvrand

 

Sur le même sujet

La Souterraine : les horaires d’ouverture des guichets de la gare et le nombre d’agents SNCF réduits de moitié

Les + Lus