A Angoulême, une association confectionne et propose des protections périodiques lavables

Depuis quelques mois, une association d'Angoulême, via une épicerie sociale, fabrique et vend des serviettes hygiéniques 100% écologique et lavables à un moindre coût. Elle accompagne des femmes à passer du jetable au lavable.

Confection de serviettes périodiques lavables - Atelier 9 - Angoulême
Confection de serviettes périodiques lavables - Atelier 9 - Angoulême © Cécile Landais - France Télévisions

L’association l’Atelier 9, qui dépend de la régie urbaine d’Angoulême (ARU), propose depuis quelques mois, des protections périodiques lavables, donc réutilisables, conçues notamment grâce à Charlotte Beaujour-Trocmé, styliste designer textile. La fabrication de ces protections intimes respecte des règles précises par l’utilisation de matière suffisamment absorbante, confortable, le tout avec des coutures spécifiques.

Dans l'atelier de l'association régie urbaine d'Angoulême, la production tourne à plein régime. Ces petites mains conçoivent et fabriquent des protections périodiques lavables, 100% écologiques.

Ces ateliers sont conduits avec le planning familial, Charente Nature ou le service Prévention déchets de l'agglomération d'Angoulême.

Mais avant d’en arriver au produit final, des femmes du quartier de Basseau-Grande-Garenne (Angoulême), qui fréquentent l'association, l'ont testé et la plupart en sont convaincues. Et ce sont aussi des femmes du quartier qui travaillent dans cet atelier.

J’ai testé beaucoup de produits alternatifs. Ces serviettes sont un bon compromis.

Stéphanie

Serviette périodique lavable - Atelier 9 - Angoulême
Serviette périodique lavable - Atelier 9 - Angoulême © Cécile Landais - France Télévisions

 

Je trouve la matière utilisée très confortable, je supporte parfaitement ces serviettes. De plus, c’est économiquement intéressant.

Abla

Les protections périodiques sont vendues 2,30 euro dans l'épicerie sociale du quartier. Un lieu où il n'y avait quasiment pas de produits hygiéniques. A l’origine, ce projet émane de la direction régionale au droit des femmes et de l’égalité. Au début, on connaissait ces femmes avec un lieu autour du jardin partagé (géré par l’ARU). De fil en aiguille, ces femmes ont participé à des ateliers d’estime de soi via la fabrication de produit de cosmétique. Par ces biais, une sorte de cercle intime s’est créé avec un rapport de confiance fort.

On a cherché à pouvoir fournir à ces femmes un produit accessible au niveau du budget, de la santé, mais aussi d’un point de vue de l’impact environnemental. Nous accueillons actuellement 200 familles qui représentent 700 personnes, et 80% des femmes ont des difficultés à s'acheter des protections périodiques.

Isabelle Chasson, chargée de projet - L'ARU (Association Régie Urbaine)

Désormais, l'association souhaite proposer également ses produits sur internet et les vendre dans des boutiques spécialisées en produits bio.

L’Association Régie Urbaine d’Angoulême est aussi en contact avec d'autres épiceries sociales d'Angoulême. La ville et le département ainsi que la direction régionale au droit des femmes et à l'égalité apportent des aides financières.

L’Atelier 9 est un atelier de réduction des déchets à travers la revalorisation du bois ou à travers un atelier couture qui propose des produits alternatifs jetables.

Voir notre reportage

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société