Angoulême : une dizaine de tags antisémites découverts dans les rues de la ville

Le fait n'est malheureusement pas inédit. Ce dimanche matin (15 novembre), une dizaine de tags antisémites sont apparus sur les murs d'Angoulême. Des actes "odieux et inadmissibles" pour le maire de la ville.
Une dizaine de tags antisémites ont déclenché la colère du maire d'Angoulême.
Une dizaine de tags antisémites ont déclenché la colère du maire d'Angoulême. © X. Bonnefont
Croix gammées, messages à Dieudonné, aigle nazi ou encore étoile de David : les tags apparus ce dimanche matin à Angoulême ne laissent aucun doute quant à leur caractère antisémite.

Actes odieux

Au total, une douzaine ont été recensés sur le plateau de la ville, par la mairie d'Angoulême, sur les murs du tribunal ou sur la plaque du général Resnier, allée du Souvenir. Sur Facebook, le maire de la ville, Xavier Bonnefont ne cache pas son énervement. Il a également annoncé que la Ville portera plainte, aidée par les vidéos de surveillance des caméras situées sur les lieux concernés.

Le maire a rapidement été rejoint par la préfète de Charente, Magali Debatte. "Ces actes antisémites intolérables, démonstration exacerbée de la haine, sont des atteintes inacceptables à la République et ses valeurs. La mobilisation de l'Etat est totale pour faire face à ceux qui distillent le poison de l'intolérance et du rejet", assène notamment la préfète, dans un communiqué sur Facebook.

"Le mal est toujours là"

Des tags qui se ressentent comme des attaques du côté de la communauté juive. "Cela signifie que le mal et toujours là, et que notre combat contre l'antisémitisme est loin d'être terminé", constate amèrement Gérard Benguigui, président de l'association juive Angoulême Charente (Ajac).
Une dizaine de tags sont apparus ce matin, dans les rues du vieux Angoulême.
Une dizaine de tags sont apparus ce matin, dans les rues du vieux Angoulême. © Twitter
Si les tags sont "des actes de haine", c'est également leur caractère récurrent qui heurte le président de l'association. "Il y en a déjà eu cet été dans un parking d'Angoulême, et d'autres sont apparus à Chasseneuil-sur-Bonnieure il y a quelques jours", regrette Gérard Benguigui. 

L'association a cependant salué la mobilisation rapide du maire d'Angoulême ainsi que les soutiens politiques, comme le message de Thomas Mesnier, député de la Charente.
Reportage d'Isabel Hirsh et Antoine Morel
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
antisémitisme société faits divers