Angoulême : des habitants d'un immeuble intoxiqués par un fumigène destiné à tuer les blattes

Publié le Mis à jour le
Écrit par C.H

Les pompiers ont été appelés ce matin vers 10 heures. Plusieurs habitants d'un immeuble du quartier de la Grande Garenne à Angoulême ont été fortement incommodés après le passage d'un employé d'une société privée chargée de désinsectiser un appartement du rez-de-chaussée.

Ce matin, un désinsectiseur a pulvérisé un fumigène insecticides dans un appartement d'un immeuble de la rue du Docteur-Schweitzer dans le quartier de la Grande Garenne. Il intervenait à la demande du CHRS (Centre d'Hébergement et de réinsertion Sociale) propriétaire de cet appartement, situé au rez-de-chaussée et inoccupé en ce moment. L'employé de la société chargée de l'intervention a pulvérisé un fumigène destiné à tuer les blattes qui pullulaient dans l'appartement.



Volatilisé par les bouches d'aération

Pour être efficace, le produit doit être pulvérisé puis une attente de quatre à six heures est nécessaire. Mais dans le cas présent, le produit s'est volatisé par la bouche d'aération de la salle de bain et a intoxiqué les habitants des étages supérieurs. Pour l'employé de la société, "il n'était pas possible de calfeutrer les bouches d'aération car les blattes passent partout". Une femme âgée d'une trentaine d'année, habitant au premier étage, a été plus gravement intoxiquée, les autres personnes dont des enfants ont été incommodés à des degrés divers. Toutes les victimes ont été prises en charge par les pompiers et conduites à l'hôpital d'Angoulême. 

Les pompiers ont fait évacuer tous les habitants de l'immeuble et ont ventilé les appartements. 24 pompiers, munis d'un véhicule pour les risques chimiques, sont intervenus pendant deux heures environ sur les lieux.









 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité