Choisir librement son collège, ce sera bientôt possible dans certains secteurs du Grand Angoulême

Le collège Michelle Pallet d'Angoulême / © France 3 Poitou-Charentes
Le collège Michelle Pallet d'Angoulême / © France 3 Poitou-Charentes

Le Conseil départemental de l'Éducation nationale s’est tenu hier lundi 12 mars à Angoulême. A cette occasion, le département a maintenu sa volonté, dans certains secteurs de la communauté d'agglomération, de proposer le libre choix du collège, malgré l’opposition du SNES-FSU.

Par Coralie Roland

Dans deux zones, situées à l'ouest et à l'est d’Angoulême, le critère de résidence pourrait bien disparaître. Autrement dit, les parents auront le choix du collège pour leurs enfants, sur demande. 

Deux zones géographiques ont été identifiées sur le Grand Angoulême, à l’ouest et à l’est de la ville-préfecture. Pour la zone de l’ouest, les parents auront le choix entre quatre collèges : Saint-Michel, Michelle-Pallet, Pierre-Bodet, Anatole-France. A l’Est, entre les collèges Marguerite de Valois, Romain-Rolland et Jules-Michelet.
© France 3 Poitou-Charentes
© France 3 Poitou-Charentes
Seul deux collèges, qui affichent complets, sortent de ce dispositif : il s’agit des collèges Jules Verne et Mendès-France.

Parmi les critères retenus, favoriser la mixité sociale et éviter la fuite vers le privé, comme l’explique François Bonneau, président du Conseil départemental de la Charente dans le reportage réalisé par Jérôme Deboeuf et Cécile Landais.

Si la volonté de mixité sociale est jugée louable par le syndicat du SNES FSU, les syndicalistes craignent que le projet ne manque de concertation. Le syndicat dénonce une précipitation qui risque de perturber certains équilibres.
Libre choix du collège en Charente
Un reportage de J. Deboeuf, C. Landais, H. Tricoche et M. Sitaud avec les interviews de François Bonneau, président du Conseil départemental de la Charente, de Christelle Fontaine, secrétaire départementale SNES-FSU et d’Alain Heraud, co-secrétaire académique SNES-FSU


Sur le même sujet

Marc Defaye, agriculteur bio en difficulté

Les + Lus