Le maire d'Aigre en Charente demande à Bruno Lemaire une dérogation au couvre-feu

Le maire d'Aigre en Charente demande à Bruno Lemaire une dérogation au couvre-feu pour les plats à emporter le soir.

 

© Romain Bureau, France Télévisions

Le maire d'Aigre en Charente, lance un pavé dans la mare. 

Renaud Combeau suggère au ministre de l’Economie Bruno Le Maire d'appliquer un motif de sortie dérogatoire au couvre-feu pour les clients qui récupèrent une commande à emporter Le plus jeune de maire de la Nouvelle-Aquitaine défend les métiers de bouche. Depuis le couvre feu à 18 h ces professionnels ont arrêté la vente à emporter.

Le maire d'Aigre en Charente.
Le maire d'Aigre en Charente. © Romain Bureau, France Télévisions

Dans un courrier envoyé à Bercy le 18 janvier, le vice-président de la communauté de communes de Coeur de Charente  décrit "la grande détresse dans laquelle se trouvent les restaurateurs, cafetiers et traiteurs" de son territoire.

Je souhaite relayer la préoccupation des gérants des restaurants et des cafés qui me font part des difficultés qu'ils rencontrent depuis le couvre-feu. Ils sont dans l'impasse total alors qu'ils s'étaient organisés pour mettre en place des alternatives, j'écris ce courrier pour faire bouger les choses, je n'ai pas été élu pour rester dans un fauteuil pendant six ans. 

Renaud Combeau, vice-président de la communauté de communes de Coeur de Charente

L'élu souligne que dans les zones rurales, il est impossible de faire de la livraison en raison d'un densité de population plus faible.

"Il est plus difficile de s'organiser pour nos restaurateurs dont les conditions de travail sont compliqués, là, il y a une abence d'équité pour la ruralité", considère Renaud Combeau.

Dans son courreir, Renaud Combeau pointe du doigt "les annonces contradictoires concernant la prise en compte du chiffre d’affaires généré par la vente à emporter dans le calcul du fonds de solidarité" .

Reportage d'Anne Marie Baillargé et Romain Burot

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement santé société covid-19