François Gabart affiche ses ambitions avec son trimaran géant : "gagner des courses, battre des records"

Le trimaran volant de François Gabart a été baptisé ce lundi à Concarneau. Ce nouveau géant futuriste a été imaginé par le navigateur charentais. Le détenteur du record du tour du monde en solitaire annonce "vouloir repousser les limites de ce qu'on pense être possible".

Avec son allure aérodynamique, il fait plus penser à un avion supersonic qu'à un bateau ! Le "SVR-Lazartigue" est le nouveau trimaran volant de François Gabart. Il a été baptisé ce lundi à Concarneau, en présence de sa marraine, l'actrice et réalisatrice Mélanie Laurent.

"Je suis très honorée et très fière d'être la marraine d'un bateau qui a autant d'ambition", a-t-elle lancé.

"Repousser les limites"

Le skipper, originaire de Charente a imaginé ce bateau dans les locaux de sa société MerConcept avec l'idée de concevoir un engin taillé pour battre des records.

"On est là pour essayer de gagner des courses, de battre des records", annonçait déjà François Gabart le 22 juillet dernier au moment de la mise à l'eau de son trimaran. "L'objectif est de repousser les limites de ce qu'on pense être possible. On est persuadé que le bateau sera à la hauteur de cette ambition." 

Pesant 15 tonnes, ce trimaran a nécessité 2 ans et demi de conception et de construction, représentant 150.000 heures de travail. 

Sur des bateaux de course qui cherchent à aller vite, plus on va aller vite, plus on va nécessairement devoir être protégé. 

François Gabart, skippeur

Hier, lors du baptême à Concarneau, le skippeur s'est plu à faire visiter les lieux, notamment le cockpit.

"On est parfaitement protégé, là on peut même fermer la bulle. Sur des bateaux de course qui cherchent à aller vite, plus on va aller vite, plus on va nécessairement devoir être protégé", a-t-il expliqué.

L'architecture du bateau est profilée pour la vitesse comme l'a indiqué ce lundi le navigateur, invité par nos confrères de France Inter.

Transat Jacques-Vabre

Les efforts de conception ont porté sur l'amélioration de l'aérodynamisme, la forme des appendices, selon François Gabart qui souligne aussi "des choix différents en termes d'ergonomie". Le cockpit a par exemple été intégré à la coque centrale.

Ce nouveau trimaran futuriste sera testé officiellement en course avec la Transat Jacques-Vabre dont le départ est prévu le 7 novembre prochain du Havre. Pour cette course en double de deux semaines entre le Havre, le Brésil et la Martinique, François Gabart sera associé à Tom Laperche, un skipper de 24 ans.

La construction de ce maxi-multicoque de la classe Ultim avait été initiée en mars 2018 avec la Macif mais le partenaire du skippeur a décidé de mettre un terme à sa collaboration avec François Gabart en juin 2020.

Le groupe de cosmétiques français Kresk a racheté le bateau, dans le cadre d'un partenariat de 4 ans.

Un trimaran pensé pour la performance
  • 32 mètres de long 
  • 23 mètres de large 
  • 15 tonnes
  • un mât culminant à 35 mètres 
  • le trimaran est équipé de foils (appendices latéraux permettant au voilier de s'élever au-dessus de la surface de l'eau)
  • 150.000 heures de travail.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
voile sport françois gabart transat jacques vabre