Le Film Francophone d’Angoulême, un festival en perpétuelle mutation

Publié le Mis à jour le
Écrit par Jérôme Deboeuf .

En 2008 c’était un festival où l’on faisait venir des amis du milieu du cinéma français. Les premiers pas du Film Francophone d’Angoulême se resserraient autour d’une compétition, et de quelques avant-premières. Depuis le festival s’est largement étoffé et séduit toujours les professionnels et le public.

Tout savoir sur les mondiaux de pelote basque : Championnats du monde de Pelote Basque 2022

Le temps passe vite concèdent les délégués généraux du Film Francophone d’Angoulême. De Fabrice Luchini lors de la première édition, en passant par Catherine Deneuve, Nathalie Baye, Jean Dujardin toutes les stars du cinéma français ou presque, ont foulé le sol angoumoisin.

Beaucoup reviennent encore aujourd’hui (Sophie Marceau) dans un festival en perpétuelle mutations

On s’est rendu compte que c’était très lourd, quinze ans.

Marie-France Brière, co-déléguée générale du Festival

Marie-France Brière nous dit aussi que "l'on a voulu ajouter, ajouter, ajouter, avoir de nouvelle idées, essayer de bien les réaliser. Je ne sais pas comment on fait notre compte mais on voit toujours trop grand, et après on est forcé de le faire ! Heureusement, l’équipe s’est aussi agrandie.

Très vite en marge de la compétition on a introduit la musique, puis les pays invités et de nouvelles rubriques, « les Flamboyants, les Nouveaux Regards » et tout cela s’additionne, on a rien retiré !"

Le FFA fait aujourd’hui référence dans le milieu cinématographique

Ce festival met en lumière des films francophones étrangers qui n’auraient jamais pu toucher le public français sans son existence. Il est aussi un festival de rentrée. De nombreuses avant-premières sont programmées (cette année, il y en aura 24 au total), certains films ne sortiront qu’au mois de Janvier. C’est le cas du film « Les cadors » de Julien Guetta avec Jean-Paul Rouve.

Ce festival est un peu un baromètre.

Dominique Besnehard, co-délégué général du festival

La fréquentation des salles, l’accueil des films par le public sont donc scrutés par les professionnels du cinéma.

"C’est un peu un baromètre" indique Dominique Besnehard, co-délégué général du festival "on voit comment est reçu un film qui n’a été montré nulle part. Quelques fois ça peut même être un peu dangereux pour un film parce que si le film n’est pas très bien reçu ici, le distributeur peut décider de sortir moins de copies, de mettre moins d’argent pour la promotion. Je ne dis pas qu’il se réfère qu’à ça mais ça peut amener un distributeur de films à se positionner sur une œuvre cinématographique de son catalogue".

Si depuis plusieurs années le Film Francophone d’Angoulême attire les professionnels, il séduit aussi un large public.

Depuis le début, ce festival s’est voulu populaire en permettant aux cinéphiles de pouvoir participer aux projections des films en compétition et aux avant-premières grâce à l’achat d’un Pass 10 entrées. Cette année confirme le succès de ce rendez-vous culturel auprès du public.

On est sur une excellente année

Julien Cournil, coordinateur général du Film Francophone d’Angoulême

Julien Cournil ajoute que la meilleure année (en nombre de vente de Pass) était 2019, avant le COVID, "on avait vendu 2.398 Pass sur toute l’édition. Aujourd’hui on est à presque 2.900 Pass vendus, et nous ne sommes qu’au début puisque l’on va en vendre encore pendant la semaine. On est très content, on est sur notre meilleure année depuis 15 ans".

Fini les longues files d’attente devant les salles de cinéma. Le système de réservation a évolué en bien. Depuis plusieurs années les séances se réservent en  ligne. Le prix du Pass 10 entrées lui n’a pas bougé malgré l’inflation. Avec le Pass une entrée au cinéma revient à 2,50 euros.

André Dussolier est le président du jury de cette 15e édition

Rencontre avec Isabelle Carré à l'occasion de la sortie du film "La dérive des continents"

Rencontre avec Laure Calamy qui évoque son dernier film "Annie Colère" sur la thématique de l'avortement 

Jean-Paul Rouve et Grégoire Ludig sont deux frères que tout oppose dans "Les Cadors"

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité