Le parc archéologique de Cassinomagus, à Chassenon en Charente, accueille à nouveau le public

Le site archéologique de Cassinomagus à Chassenon en Charente a rouvert au public samedi 30 mai. Parcours flêché, port du masque, la découverte du patrimoine se fait selon les règles sanitaires en vigueur.

Une partie des thermes de Chassenon, en Charente.
Une partie des thermes de Chassenon, en Charente. © CC-BY-SA
Après des semaines de confinement et de fermeture, le parc archéologique de Cassinomagus à Chassenon en Charente a rouvert ses portes samedi 30 mai. Ce complexe urbain et thermal parmi les plus importants au Nord de l'Italie va retrouver ses visiteurs avec de nouvelles règles. Le port du masque y est désormais obligatoire, la visite se fait dans un sens précis pour éviter les rapprochements entre visiteurs. Mais sur la vingtaine d'hectares du site, il y a assez d'espace pour éviter toute promiscuité.
 Et les premiers visteutrs depuis la réouverture semblent apprécier l'espace. C'est ce qu'explique ce touriste : "Comme c'est le tout début du déconfinement, il n'y a pas encore l'affluence estivale."
Pour cette jeune fille, habituée des lieux, c'est l'occasion de découvrir de nouvelles choses : "j'étais venue il y a plusieurs années, je n'avais vu que les thermes. Maintenant, on a les jardins, les temples. C'est l'occasion de remettre à jour ses connaissances.

Le site de Cassinomagus est connu notamment pour ses thermes monumentaux et dans un excellent état de conservation. Sur la vingtaine d'hectares, on compte notamment un acqueduc, un temple, un amphithéâtre et donc les fameux thermes.
Les vestiges des thermes gallo-romains de Chassenon comptent parmi les plus importants de l'ancienne Gaule.
Les vestiges des thermes gallo-romains de Chassenon comptent parmi les plus importants de l'ancienne Gaule. © Christophe Guinot / FTV
Le complexe a été érigé entre le premier et le quatrième siècle de notre ère et attirait à l'époque des visiteurs de tout l'empire romain. Ils venaient pour les thermes où l'on pouvait se détendre, prendre soin de son corps et parfois guérir de certaines pathologies.
Pour les visiteurs cette année, il y aura quelques nouveautés, et pas seulement sanitaires. Ils pourront par exemple effectuer une visite virtuelle du temple de Montélu.

Reportage Bruno Pillet, Cécile Landais et Martine Sitaud :
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
archéologie culture patrimoine
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter