Charente : des rendements en baisse pour les vendanges dans le Cognaçais

En Charente, les vendanges viennent de commencer dans les vignes du Cognaçais. / © Jérôme Deboeuf/ France Télévisions
En Charente, les vendanges viennent de commencer dans les vignes du Cognaçais. / © Jérôme Deboeuf/ France Télévisions

En Charente, les vendanges ont déjà commencé dans le Cognaçais. La sécheresse et les fortes chaleurs ont décidé les viticulteurs à vendanger un peu plus tôt que d'habitude.

Par Christine Hinckel

En Charente, les vendanges ont commencé avec un peu d'avance sur certaines parcelles. Selon les cépages, les raisins sont plus ou moins à maturité et cette situation obligent les viticulteurs à sélectionner les vignes à récolter en premier. Trop attendre entraînerait une flétrissure des grains et surtout favoriserait un taux d'alcool trop élevé. Avec les chaleurs que nous connaissont cette semaine, le taux d'alcool monte très vite. Il peut grimper d'un degré par semaine et donc vite dépasser les 12 degrés imposés par le cahier des charges de la profession. 
Pour les vendanges, ils ne faut pas que le degré d'alcool du raisin soit trop élevé. / © France Télévisions
Pour les vendanges, ils ne faut pas que le degré d'alcool du raisin soit trop élevé. / © France Télévisions

La chaleur oblige aussi les vendangeurs à commencer à travailler très tôt le matin car les grains ne doivent pas dépasser les 24 degrés afin de ne pas compromettre la fermentation alcoolique.


Gel au printemps et sécheresse en été

Les vendanges sont donc fortement tributaires de la météo, le mûrissement du raisin aussi. Cette année, le gel du printemps et la sécheresse ne sont pas sans conséquences sur la récolte.

"On a eu le gel de printemps qui nous a impacté, on a eu une perte de 20% environ à cause du gel. Et après il n'y a pas eu d'orage mais la sécheresse au mois d'août a mis la vigne en stress hydrique depuis début septembre et surtout avec les fortes chaleurs de ces derniers jours, on voit le raisin qui est en train de flétrir." explique Thibault Brisson, viticulteur à Ambleville. 


En raison de ces conditions météorologiques, l'année 2019 sera plutôt une petite année en terme de rendement, moins bonne que 2018 dans les vignes charentaises. En revanche, la qualité de la récolte est préservée. 
 

Sur le même sujet

Les Carrelets de Garonne, un marathon fluvial en palmes et en eaux vives

Les + Lus