Cognac : les salariés de Verallia à Chateaubernard manifestent contre les réductions d'effectifs

Les salariés de l'usine charentaise de Verallia étaient appelés à se mobiliser ce mercredi matin à Chateaubernard, près de Cognac, pour s'opposer aux 80 suppressions de postes annoncées sur le site.

Les salariés ont manifesté devant leur usine de Chateaubernard (Charente) pour dénoncer les conséquences des suppressions de postes annoncées.
Les salariés ont manifesté devant leur usine de Chateaubernard (Charente) pour dénoncer les conséquences des suppressions de postes annoncées. © Cécile Landais, France Télévisions

"Un emploi supprimé à Verallia, c'est trois emplois supprimés en sous-traitance". Distribution de tracts ce mercredi matin devant l'usine Verallia de Chateaubernard (Charente) pour s'opposer au vaste plan de réduction d'effectifs annoncé il y a quelques jours par la direction du groupe. L'entreprise cognaçaise, poumon économique du bassin d'emploi, devrait perdre 80 de ses 350 postes et un four qui ne sera pas reconstruit. 

Le site Verallia de Chateaubernard (Charente).
Le site Verallia de Chateaubernard (Charente). © Cécile Landais - France Télévisions

Numéro 3 mondial du verre d'emballage, Verallia (ex Saint-Gobain), justifie ces coupes claires par une baisse de la demande en verre sur un marché de plus en plus concurrentiel. Les salariés présents lors de cette manifestation rejettent ces arguments. Ils estiment que ce plan de restructuration n'est pas une fatalité. "Verallia fait du chiffre d'affaires. Rien qu'en France, on représente 35% du chiffre d'affaires et on a augmenté de trois points" dénonce Dominique Spinali , délégué syndical CGT.

Je ne vois pas pourquoi on ferme un four. On a de l'argent.

Dominique Spinali, délégué syndical CGT Verallia

Parmi les manifestants, beaucoup se disent inquiets pour leur avenir. "On a tous peur, on a des factures, des enfants" nous explique l'un d'eux. D'autres déplorent un sentiment d'abandon des pouvoirs publics. "C'est catastrophique ! Si on ne fait pas quelque chose, on est mal. C'est pas normal aussi que l'Etat laisse faire."

D'autres actions similaires ne sont pas à exclure au cours des prochaines semaines.

Reportage de Bruno Pillet, Cécile Landais et Thierry Cormerais :

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi économie social
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter