JO 2024. "On s'isole du quotidien, au calme" : des athlètes internationaux s'entraînent à Cognac pour leur préparation

durée de la vidéo : 00h02mn09s
Des athlètes originaires de Gambie, du Sénégal et des Comores s'entraînent deux fois par semaine au stade d’athlétisme de Cognac pour préparer les Jeux Olympiques. ©Christophe Guinot / France Télévisions

Des athlètes originaires de Gambie, du Sénégal et des Comores s'entraînent deux fois par semaine au stade d’athlétisme de Cognac pour préparer les Jeux Olympiques. Le département de la Charente bénéficie du label Terre de Jeux 2024, ce qui permet de mettre à disposition certains équipements sportifs pour des athlètes étrangers.

Les cinq athlètes gambiens, sénégalais et comoriens foulent la terre charentaise pendant une semaine, à Cognac. Ibrahim Camara, recordman de Gambie du 100 mètres, a déjà participé aux Jeux Olympiques de Tokyo en 2021. Il se prépare pour une deuxième participation qui ne devrait pas lui échapper. "On s’est entraîné au Sénégal avec d’autres athlètes qui étaient déjà venus ici à Cognac et leurs performances se sont beaucoup améliorées, ça faisait longtemps que je voulais venir ici, car ce sont des villes qui aident beaucoup les athlètes".

Une bonne opportunité 

Gina Bass fait, elle aussi, partie de l’équipe nationale d’athlétisme de Gambie. Pour elle, venir ici, c'est une aide supplémentaire pour sa préparation sportive. "Venir à Cognac, ça m'aide pour ma préparation aux Jeux Olympiques, le climat est différent. Je suis déjà qualifiée donc mon objectif, pour les JO c’est d’être en finale. Lors des derniers Jeux Olympiques, j'étais demi-finaliste".

Tous les deux sont accompagnés et entraînés en France par Christophe Belliard, lui aussi particulièrement satisfait de l’accueil cognaçais. "L'idée, c'est de retrouver une espèce de sérénité. On est entre nous, au calme. D'habitude, on le fait un peu plus au chaud, mais le Grand Cognac nous a ouvert les portes donc on s'est dit pourquoi pas", explique-t-il. "On s'isole du quotidien, on va à l'hôtel, on s'entraîne, on mange, on dort, et ainsi de suite. Il y a une routine qui me permet de demander plus d'intensité sur les séances. C'est un des points stratégiques. On peaufine tous les éléments pour qu'ils soient les plus opérationnels possibles".

"Ça suscite de l'intérêt et des vocations"

Le stade d’athlétisme de Cognac bénéficie du label Terre de Jeux 2024. Une belle façon de mettre en avant les équipements sportifs du territoire. "C'était une volonté affichée de s'engager dans les JO de Paris 2024. On a souhaité candidater avec nos équipements parce qu'on a pensé que la qualité des équipements que nous avions sur Grand Cognac permettait de répondre au cahier des charges fixé par le Comité olympique pour être site d'entraînement et de préparation des équipes internationales", raconte Jérome Sourisseau, président de Grand Cognac. "Ça suscite de l'intérêt, de la curiosité, quelques vocations et ça met dans la dynamique des JO qui vont arriver".

Trois équipements sportifs de la ville accueilleront des athlètes pour des préparations officielles grâce à ce label obtenu par le département. "On a eu la chance d'avoir eu trois sites retenus : le stade Bernard Bécavin, les écuries de Boussac et le complexe des Veuzelles. C'est extrêmement valorisant, c'est une récompense pour mes prédécesseurs qui ont lancé ces rénovations d'équipements sportifs".

Les entraînements seront ouverts au public ce vendredi 26 avril.