Recycler l'ancien revêtement des routes pour en faire du neuf, un procédé plus écologique utilisé en Charente

C'est une première. Le département de la Charente a décidé d'opter pour une technique plus écologique pour refaire le revêtement des routes. L'enrobé est fabriqué par une usine mobile stationnée à proximité du chantier et avec des matériaux recyclés à 70%.
Le département de la Charente a opté pour un procédé plus écologique pour refaire l'enrobé des routes.
Le département de la Charente a opté pour un procédé plus écologique pour refaire l'enrobé des routes. © Cécile Landais/ France Télévisions
Réutiliser le vieux revêtement des routes pour en refaire du neuf et réduire de façon importante le bilan carbone des travaux sur les chaussées, l'idée a séduit le département de la Charente.
La société Eurovia qui met en place ce procédé recycle à 70% l'ancien enrobé, constitué de bitume et de gravier, et n'utilise que 30% de granulats neufs. De plus, cet enrobé recyclé est fabriqué à proximité immédiate du chantier dans une centrale mobile. Celle-ci évite les allers-retours de camions transportant les matériaux, ce qui réduit la pollution mais aussi le risque d'accidents.
L'enrobé recyclé utilisé pour la réfection des routes est directement fabriqué dans cette centrale mobile.
L'enrobé recyclé utilisé pour la réfection des routes est directement fabriqué dans cette centrale mobile. © Cécile Landais/ France Télévisions
Cette centrale mobile est une première au monde. Elle permet de produire jusqu'à 4 000 tonnes d'enrobés recyclés à 70% par jour. Celui garde les mêmes caractéristiques techniques qu'un matériau neuf.


Un bilan carbone réduit de 50%

Le recyclage permet à la fois d'économiser sur les achats d'agrégats et de bitume et de réduire de 50% le bilan carbone par rapport à la construction d'une chaussée en matériau neuf.

Le fait de recycler des agrégats qui viennent directement de la chaussée qu'on est en train de refaire avec un poste à proximité, ça nous permet de ne pas acheter d'agrégats neufs, de cailloux neufs qu'on ferait venir d'une carrière et de minimiser les achats de bitume qu'on ferait venir des raffineries. Comme on retravaille l'ensemble des matériaux sur place, on a un minimum de matériaux à évacuer en fin de chantier.
Lionel Vidaillac, directeur d'agence grand travaux France, Eurovia

A l'heure actuelle en Charente, dix kilomètres de routes départementales ont été refaits avec ce procédé, également utilisé sur le chantier de la Nationale 141, à l'ouest d'Angoulême.

 
Charente : une technique plus écologique pour recycler et fabriquer l'enrobé des routes


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
travaux publics économie environnement société écologie