Confinement : Alcooliques Anonymes toujours à l'écoute des malades

Un numéro de permanence est disponible 24h/24 7j/7 pour aider les personnes malades d'alcoolisme. / © Richard Villalon/MAXPPP
Un numéro de permanence est disponible 24h/24 7j/7 pour aider les personnes malades d'alcoolisme. / © Richard Villalon/MAXPPP

La période de confinement contraint l'association Alcooliques Anonymes d'annuler ses réunions dans toute la France. En Limousin, comme à l'échelle nationale des alternatives sont trouvées pour permettre aux malades d'entretenir le lien avec leurs groupes de parole.

Par Colyne Rongere

En période de confinement l’association Alcooliques Anonymes reste active pour les personnes malades d’alcoolisme malgré l’annulation des réunions physiques. Ces regroupements d'hommes et de femmes sont rythmés par l'entraide quotidienne pour rester abstinents grâce à une "compréhension mutuelle".

Les numéros de permanence sont tenus par des "alcooliques rétablis". Pour Robert membre actif de l'association de Limoges, cette période de confinement est "dangereuse" pour les personnes atteintes de la maladie d'alcoolisme.

Avec cette période de confinement, les rechutes sont très risquées. L'inactivité chez nous, c'est très dangereux.

En Corrèze, des réunions sont organisées régulièrement, selon le besoin des personnes concernées par téléphone ou par visioconférence pour maintenir un lien, comme l'explique André.

C'est une très bonne chose ces réunions à distance. Nous ne sommes pas une société de tempérance, nous sommes là pour les personnes qui désirent arrêter de boire. Notre rôle est d'informer dans les hôpitaux, dans les associations.

Des appels nouveaux

Les deux associations contactées ont le même constat. Cette période de confinement permet à de nouvelles personnes de se présenter par téléphone et de parler plus ouvertement qu'en public.

En ce moment, ce sont des personnes isolées qui nous appellent. Et bizarrement, des gens que nous n'avons jamais vus. Ce sont des personnes qui ont peur de se rendre aux réunions. Par téléphone, ils sont rassurés.

A Limoges, Robert donne l'exemple d'une femme abstinente depuis un mois. Depuis le début du confinement, elle vit au quotidien avec son mari "qui boit". Alors, elle fait régulièrement appel aux conseils de l'association pour tenir.
 

Autre cas, cet homme marié qui cachait son alcoolisme à sa conjointe et ne s'inquiétait pas de cette situation, "vous savez, nous sommes très forts pour cacher notre boisson en temps normal." Entre un divorce ou l'abstinence, ce père de famille a fait son choix, il appelle lui aussi régulièrement les bénévoles.

Les alcooliques sont dans le déni. Ils se disent qu'ils ont un problème mais que demain, peut-être que ça passera. Pendant le confinement, la pression familiale aide beaucoup finalement.

En plus des réunions locales, des visioconférences sont également disponibles sur le site internet des Alcooliques Anonymes au niveau national et une permanence est mise en place 7j/7 et 24h/24 au numéro suivant : 09 69 39 40 20.



 

Quelques chiffres...

L'alcoolisme est la troisième cause de décès dans le monde après les maladies du coeur et le cancer.

Il est considéré comme une maladie par l'Organisation Mondiale de la Santé. L'association Alcooliques Anonymes, créée en 1935 dans l'Ohio comptait 2 100 000 membres au 1e janvier 2018, répartis au sein de 120 300 groupes dans près de 180 pays.

La première association Alcooliques Anonymes française a vu le jour en 1960 et fête donc cette année ses 60 ans d'existance.

Aucune caution ni adhésion payante n'est demandée aux nouveaux membres et les bénévoles n'obtiennent aucune rémunération, leur propre santé étant "bien au dessus de l'argent".

Sur le même sujet

Les + Lus