Confinement et jardinage : ce n'est plus la fin des haricots !

Ce n'était pas un poisson : depuis le premier avril, on a officiellement le droit d'acheter des semences ou des plants de légumes chez les horticulteurs et les jardineries. Une nouvelle qui a de quoi nous donner la banane !
Il était temps ! La vente des plants potagers, des arbres fruitiers et même des poules pondeuses est dorénavant considérée comme un achat de première nécéssité.
 

via GIPHY

Ce qui a changé depuis le 1er Avril :

Le gouvernement, sur son site, précise que « la récolte de fruits et légumes dans un jardin peut s’inscrire dans l’acquisition à titre gratuit de produits de première nécessité ».

Cela ouvre donc la porte à ceux qui bénéficient de parcelles dans des jardins partagés ou dont le jardin n’est pas attenant au domicile. Le gouvernement indique donc qu’il est possible de s’y rendre « en cochant, sur l’attestation de déplacement dérogatoire, la case déplacements pour effectuer des achats de première nécessité ».
Mais attention ! Il faut que le jardin soit dans le périmètre autorisé, à savoir à 1 kilomètre de votre domicile.

Et si on en profitait pour se reconnecter à la terre ?

Tous les spécialistes s'accordent à le dire : jardiner stimule le physique, le mental, les sensations et les relations.
Le printemps est là, avec le confinement, on a du temps et en plus ce mois d'avril est le grand mois des semis.

via GIPHY

Que l'on soit expert ou débutant, que notre jardin soit particulier, familial ou solidaire, que nous n'ayons qu'un balcon ou simplement quelques pots, le bol d'air est assuré.
Voir cette publication sur Instagram

Repiquage des aubergines 🍆 4 variétés cette année : Rouge de Chine, Slim Jim, Kamo et Diamond 🌱 #permaculture #permaculturedesign #aubergine #semis #planter #serre #greenhouse #jardinier #jardiner #potager #potagerbio #jardinpotager #jardin #monjardin #jardinage #permaculturefrance #anjoutourisme #osezmauges #lesjardinsdelahoussaye

Une publication partagée par Les jardins de la Houssaye (@lesjardinsdelahoussaye) le


Oui mais voilà, lorsque l'on est comme moi, une totale néophyte, comment se lancer dans le jardinage sans se prendre le chou ? 
Et surtout  est-ce possible quand on n'a pas forcément tous les outils nécessaires ?

D'après Eva Deuffic, ingénieure horticole et blogueuse à Audenge en Gironde, la création d'un potager dépend de son ambition.

Quand on était enfant, on a tous fait germer des graines de lentilles ou de haricot dans du coton mouillé.


Vous n'avez donc besoin que d'une barquette avec un peu d'eau au fond pour  faire germer quelques graines de blé ou de soja pour une consommation rapide, ou alors un verre d'eau pour y faire germer un noyau d'avocat qui vous donnera une belle plante d'intérieur.
En revanche, si vous voulez vraiment créer un potager sur votre balcon, Eva précise qu'il nous faudra 4 à 6 heures d'ensoleillement par jour.
 


En admettant que ces premières conditions soient réunies, se pose la question du matériel et Eva Deuffic nous rassure car les ustensiles peuvent être très basiques. Une boite d'oeuf en carton, des pots de yaourt percés, des vieux bidons recyclés et bien sûr, de vos pots et de vos jardinières .
La blogueuse nous conseille également d'acheter un bon terreau universel pour nourrir la plante jusqu'à la récolte, un arrosoir et un ustensile auquel on ne pense pas forcément : une fouchette.

Une fouchette suffit pour gratter la terre, planter, replanter.

via GIPHY

Si vous avez la chance d'avoir un jardin pour cultiver, les outils doivent être plus robustes nous dit-elle avec la bèche pour retourner le sol, le rateau pour applanir et une serfouette pour creuser des sillons.
 


Nous sommes au mois d'avril et c'est la bonne période pour planter mais comment s'y reconnaitre dans la multitude des graines et semis proposés chez les horticulteurs et les jardineries. Pour la réponse,  je préfère laisser la place à la professionnelle.
 

confinement et jardinage
 
Lorsque l'on a acheté nos graines de radis, d'haricots verts ou de petits pois et dans la mesure ou je ne l'ai jamais fait, j'ai demandé à l'ingénieure horticole si il y avait une manière particulière de procéder et si elle pouvait nous donner une astuce, histoire de ne pas faire n'importe quoi et que nos graines servent surtout à nourrir les oiseaux.

 

confinement et jardinage


Pour les graines et les semis, cela semble assez simple et je m'interroge si il en va de même pour les plants de salade ou de tomate ?
D'après Eva Deuffic, c'est d'abord une question de contenant puisqu'il en existe deux, soit en plastique que l'on doit  évidemment retirer ou en tourbe biodégradables que vous pouvez enterrer avec vos plants. Ce qu'il faut savoir également c'est que les salades ne doivent pas être trop enterrées, en revanche les tomates devront être enfouies jusqu'à 10 centimètres parceque les racines vont se former au pied de la tige. L'astuce est de se fier au niveau de la plante dans le pot pour savoir à quelle profondeur vous devez enfoncer vos plants.

Vous plantez vos légumes comme vous plantez vos fleurs.

 
Cultiver son jardin c'est pour Eva une passion qui non seulement a inspiré son métier mais qui lui permet également de partager son savoir et ses conseils au travers de son blog les conseils de jardin de vavouElle l'alimente régulièrement depuis Audenge en gironde et vous prourrez trouver à coup sûr des idées avant de vous lancer. 

Lorsque l'on demande à Eva Deuffic quelles sont les raisons de se laisser tenter par la culture de la terre, voici ce qu'elle nous dit :
 

confinement et jardinage

Vous l'avez compris,  ramener sa fraise dans le jardin ou sur son balcon, ça donne la pêche et plus sérieusement, cultiver ses propres fruits et légumes vous garantit des produits frais et sans pesticides, de quoi faire le plein vitamines et de nutriments.

Alors n'hésitez plus et comme Nicolas, passez en mode potager !
Voir cette publication sur Instagram

Un brin de lumière au milieu des ombres ... De nos cœurs la Nature inonde.

Une publication partagée par Mandala Man (@mandala.nicolas) le


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société jardins nature confinement : envie d'évasion