Coronavirus : les examens à l'université devront-ils avoir lieu à distance ?

Les universités de Poitiers et de La Rochelle s'interrogent sur la possibilité de tenir les examens de fin d'année à distance. Même si le confinement devait être levé avant les épreuves, il pourrait toujours être impossible de rassembler plusieurs dizaines de personnes dans une salle.

L'extérieur de la faculté de Sciences humaines de l'université de Poitiers, le 11 septembre 2015.
L'extérieur de la faculté de Sciences humaines de l'université de Poitiers, le 11 septembre 2015. © Patrick Lavaud - MaxPPP
Le confinement sera-t-il levé à temps pour permettre la tenue des examens de fin d'année dans les universités ?

A Poitiers et La Rochelle, les équipes dirigeantes envisagent plusieurs scénarios sans qu'aucun n'ait pour l'instant été arrêté.

Il est quasiment certain que les épreuves ne pourront pas avoir lieu en présence. Nous travaillons pour trouver des solutions qui permettront de donner le semestre aux étudiants 
- Virginie Laval, vice-présidente de l'université de Poitiers en charge de la Formation

A Poitiers, l'organisation des examens sera décidée le 16 avril prochain, à l'issue de la prochaine réunion de la Commission de Formation et de Vie Universitaire (CFVU).

"Plusieurs propositions seront présentées et débattues et nous appliquerons les décisions qui auront été votées par la CFVU", explique Virginie Laval, vice-présidente de l'université de Poitiers en charge de la Formation. 

A Poitiers, les examens sont actuellement planifiés entre le 4 et le 16 mai. A La Rochelle, la première session doit se terminer le 13 juin et une seconde session est prévue la semaine du 22 juin.

"Même si nous sommes déconfinés à ces dates-là, il est possible que l'on n'ait pas le droit de rassembler plusieurs dizaines de personnes dans une même salle d'examen", précise Virginie Laval. "Il est quasiment certain que les épreuves ne pourront pas avoir lieu en présence. Nous travaillons pour trouver des solutions qui permettront de donner le semestre aux étudiants, comme par exemple alléger le nombre d'épreuves. Plusieurs hypothèses sont à l'étude et elles seront présentées devant la CFVU."

"Pour les examens, on incite, autant que faire se peut, à travailler en contrôle continu", explique Jean-Marc Ogier, président de La Rochelle université. "A 15 jours de la date prévue des examens, nous nous réservons la possibilité de les organiser en distantiel. On essaiera de s'adapter."

Tout est mis en oeuvre pour l'année universitaire se termine au 30 juin
- Virginie Laval, vice-présidente de l'université de Poitiers en charge de la Formation

Ne pas déborder sur l'été

Dans les deux villes, les universités se donnent comme objectif commun de ne pas déborder sur l'été. 

"Tout est mis en oeuvre pour que l'année universitaire se termine au 30 juin", explique Virginie Laval. "On ne veut pas non plus de rattrapage en septembre. On veut que nos étudiants soient libérés pour leurs jobs d'été. Ils vont en avoir besoin!", ajoute-elle.

A La Rochelle, également, on estime que c'est là un impératif.

"On ne peut pas empiéter sur la période estivale", explique Jean-Marc Ogier. "Les logements sont chers à La Rochelle, l'été. On ne peut pas ajouter de tels frais à nos étudiants."

"Nous gardons l'espoir, même s'il s'amincie chaque jour un peu plus, de revoir nos étudiants en présentiel", explique Jean-Marc Ogier. "Si ce n'est pas possible, nous continuerons à assurer nos enseignements en distantiel, jusqu'à la date prévue."

A l'heure actuelle, les contacts se multiplient entre les différentes universités de France pour "assurer un traitement équitable et égalitaire entre les étudiants".
Maison des étudiants - Poitiers
Maison des étudiants - Poitiers © José Sousa - France Télévisions
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation société coronavirus/covid-19 santé coronavirus - confinement : école à la maison