AOC "vin de paille" : les viticulteurs corréziens pas certains de pouvoir conserver l'appellation

Les vignerons corréziens pourront-ils apposer une étiquette portant la mention "vin de paille" sur leurs bouteilles ? Depuis 2017, plus rien ne l'interdit. Toutefois, en désaccord avec cette autorisation, la Société de viticulture du Jura a porté l'affaire devant le Conseil d'Etat...
La société de viticulture du Jura , organisme de défense et de gestion des vins paillés jurassiens, a porté l'affaire devant le Conseil d'Etat.
La société de viticulture du Jura , organisme de défense et de gestion des vins paillés jurassiens, a porté l'affaire devant le Conseil d'Etat. © F3 Limousin
L'appellation d'origine contrôlée (AOC) "vin de paille" des viticulteurs corréziens est menacée.

L'obtention de cette appellation en 2017 ne plaît guère au Jura, principal producteur de vin de paille en France. La Société de viticulture du Jura , organisme de défense et de gestion des vins paillés jurassiens, a porté l'affaire devant le Conseil d'Etat il y a 18 mois, réclamant le retrait de l'AOC aux vins paillés produits en Corrèze.

Pourtant, dans le département la production de vin de paille reste très confidentielle.

50 000 bouteilles sortent des chais corréziens chaque année contre environ 200 000 pour le Jura.

La décision du Conseil d'Etat devrait intervenir dans les prochaines semaines. S'il donne raison à la Société de viticulture du Jura, les producteurs de vins corréziens ne pourront pas apposer l'étiquette AOC portant la mention "vin de paille" sur les bouteilles de la prochaine cuvée, qui sortira en 2021.

Le vin de paille de Corrèze ne peut être produit que sur les communes des cantons de Beaulieu-sur-Dordogne et Meyssac. L'AOC recouvre des produits dont toutes les grandes étapes de production sont réalisées sur un savoir-faire reconnu dans une même aire géographique.
 
F3 Limousin-AOC "vin de paille" : les viticulteurs corréziens pas certains de pouvoir conserver l'appellation
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
viticulture agriculture économie