"Il n'y a pas de zone de non-droit". Opération de police dans le quartier Gaubre-Tujac de Brive

Dans la soirée du 17 octobre des contrôles d’identité ont été menés par la police dans ce quartier de Brive connu pour abriter différents trafics illicites. Les journalistes avaient été invités à suivre cette opération.

La rue est connue pour être un point de deal. Fouille au corps, vérification des papiers d'identité, les quatre jeunes hommes contrôlés ce mardi soir par la police ont l'habitude : "Ils veulent savoir si on vend de la drogue ou pas, ils viennent tout le temps. Ici c’est pas un endroit où trainer on se fait contrôler tout le temps. Tant que j'ai rien à me reprocher je m'en fiche" témoigne l'un d'eux.

Ce 17 octobre une vingtaine de policiers nationaux et municipaux sont déployés dans le quartier Gaubre-Tujac de Brive, ainsi qu'une équipe cynophile et des motards. Une opération de contrôle, qui intervient après de récentes interpellations dans le quartier."Ces quinze derniers jours nous avons procédé à deux belles affaires de saisie de produits stupéfiants un peu plus haut dans le quartier. 200 grammes de cannabis, des armes, une centaine de cartouches de cigarettes de contrebande et plusieurs dizaines de milliers d'euros ont été saisis. Tout ça draine une délinquance" précise le commissaire de Brive Julien Provost.

Il n'y a pas de zone de non-droit dans les quartiers. Il n'y a pas de zone de non-droit dans la ville de Brive.

Jacques Ranchère, sous-préfet

Menée sur réquisition de la Procureure de la République, cette opération de contrôle, où la presse était conviée, avait pour objectif de procéder à de nouvelles interpellations. Une quinzaine de personnes a été contrôlée mais aucune infraction n'a été constatée.

Pour le sous-préfet de Brive Jacques Ranchère, la police montre ainsi qu’elle occupe le terrain : "On a affaire à des délinquants de haut vol qui viennent polluer la vie dans un quartier qui est calme. Les riverains ont le droit de vivre paisiblement, sans être sous la pression de trafiquants."

Des opérations de contrôle similaires pourraient d’ailleurs être menées également dans le centre-ville.