Journée des droits des femmes : la romancière Elodie Torrente écrit sur les violences

Elodie Torrente est revenue à Brive, ville de son enfance et son adolescence pour écrire son second roman. Un roman inspiré de son passé. 
 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Elle est revenue sur les terres de son enfance, à Brive. Elodie Torrente a quitté quelques semaines sa vie parisienne pour se replonger dans son passé, près de 30 ans en arrière, afin d’écrire en partie son deuxième roman. Au cœur de l’intrigue, un sujet de société qui la touche intimement : les violences faites aux femmes. Cette passionnée considère l'écriture comme une forme d'engagement.
 

Ce qui a été le déclencheur, c'est en 2017 avec #MeToo et #balancetonporc. Je me suis dit -utilise ton histoire personnelle, ce que tu as vécu adolescente pour écrire un roman et montrer par exemple les coulisses du système judiciaire après qu’on a porté plainte- C’est quelque chose de plutôt tabou aujourd’hui.
 

Difficile d'en savoir plus sur ce traumatisme vécu dans son enfance, mais si elle ne se confie pas publiquement, elle cherche, en secret. En se plongeant dans les archives de Corrèze à la recherche d'un dossier judiciaire, l'écrivaine a redécouvert certaines zones d'ombre de son passé. La romancière a souhaité accéder aux déclarations de l'adolescente qu'elle était...  il y a 30 ans.
 

C'est très rassurant parce qu'on a passé l'horreur et ça fait un bien fou. C'est important de retourner dans les dossiers, pour se faire du bien à soi et pourquoi pas, que ça serve aux autres.