"On est très fiers" : bien avant les César 2024, Justine Triet avait reçu sa première récompense à Brive

Après la Palme d'Or à Cannes, Justine Triet a remporté six trophées lors de la cérémonie des César 2024, ce vendredi 23 février dernier. Un succès pour la réalisatrice qui a fait ses premiers pas au Festival du cinéma de Brive. Réaction de la secrétaire générale du festival de moyen-métrage corrézien.

"Non seulement elle (Justine Triet NDLR) est passée par Brive, mais elle a aussi été révélée par Brive, souligne avec fierté Maguy Cisterne, secrétaire générale du Festival du cinéma de Brive. C’est nous qui avons montré son premier moyen-métrage."

Ce film, c'était "Vilaine fille, mauvais garçon" pour lequel elle avait d'ailleurs remporté, en 2012, le prix Ciné+. Un tremplin donc pour la réalisatrice dont le film "Anatomie d'une chute" poursuit son ascension. Lors de la soirée des César, vendredi 23 février dernier, il rafle six prix, dont celui du meilleur film. En mai 2023, la Palme d'Or à Cannes lui a également été décernée.

Et la reconnaissance internationale se poursuit. En début d'année, Justine Triet a reçu aux Golden Globes le prix du meilleur film en langue étrangère, ainsi que celui du meilleur scénario. Le film est aussi nominé cinq fois aux Oscar qui auront lieu, le 10 mars prochain, à Los Angeles.

"On est particulièrement fiers parce que Justine Triet a été découverte ici, dans cette salle, parce qu’elle produisait essentiellement du moyen-métrage", réagissait Romain Grosjean, directeur du cinéma Rex à Brive, en janvier dernier, au sujet de sa Palme d'or.

durée de la vidéo : 00h00mn15s
Romain Grosjean, directeur du Rex de Brive évoque Justine Triet, réalisatrice du film "Anatomie d'une Chute", découverte dans cette salle. ©O. Ayed et J. Radenac - France Télévisions

"Pouvoir faire des longs métrages de qualité nécessite du travail avant"

Ce succès n'étonne pas Maguy Cisterne: "Pour nous, tous les réalisateurs qui sont choisis et qui viennent à Brive, on espère et on compte sur eux."

On avait conscience qu’il y avait dans le format du moyen métrage, un format qui permet de développer un récit , qui permet de révéler un talent.

Maguy Cisterne

Secrétaire générale du Festival du cinéma de Brive

"On ne peut pas réussir un moyen métrage par hasard. Il faut être capable de développer un récit pendant 30 à 50 minutes, poursuit-elle. Pouvoir faire des longs métrages de qualité nécessite du travail avant et c’est le rôle du système français et c'est notre rôle, au festival, de faire ce travail-là."

Et il faut dire que le Festival a du flair. Outre Justine Triet, Claude Schmitz - présent à la Quizaine des cinéastes à Cannes en 2023 - et la réalisatrice Eva Husson, sont passés par Brive. "On a une petite liste intéressante de gens comme ça, de réalisateurs qui ont démarré chez nous et qui maintenant qui sont dans la cour des grands", souligne Maguy Cisterne. C'est également Arthur Harari, coscénariste d'"Anatomie d'une chute" et compagnon de Justine Triet qui est passé par Brive. "Ils se sont rencontrés à Brive, chez nous, pendant le festival", indique la secrétaire générale.

Ce n'est d'ailleurs pas le seul lien avec la Nouvelle-Aquitaine puisque le tribunal de Saintes - en Poitou-Charentes - a servi de décor au film.

Le festival du cinéma de Brive : laboratoire des succès futurs ?

Le Festival du cinéma de Brive, lieu de passage des succès de demain ? Une supposition faite en 2013 dans un article du Monde "Gaillarde est la nouvelle garde du cinéma français". Sur la photo de Une se trouvait alors Justine Triet mais aussi Yann Gonzalez, Antonin Peretjatko, Sébastien Betbeder, Yann Le Quellec, tous passés par la cité gaillarde.

Le prochain festival aura lieu du 8 au 13 avril prochain avec un espoir d'y voir Justine Triet ? Sûrement pas cette année. "On est pile dans la foulée des Oscars", explique Maguy Cisterne, qui précise toutefois que la réalisatrice "est toujours la bienvenue."