VIDÉO. Coupe du monde 2023 : Pierre Villepreux, une vie au service du rugby

durée de la vidéo : 00h03mn04s
À l'occasion de ses 80 ans, l'ancien rugbyman et entraîneur Pierre Villepreux retrace son parcours, de Brive au Stade Toulousain en passant par l'équipe de France. ©Camille Chignac, Samuel Chassaigne

Alors que la Coupe du monde de rugby a débuté ce vendredi, l'ancien joueur et entraîneur Pierre Villepreux nous retrace son glorieux parcours, de la Corrèze au XV de France. Le 7 octobre prochain, pour fêter ses 80 ans, un match aura lieu entre ses deux clubs de cœur, Brive et Toulouse.

Le jour de l’inauguration du stade Pierre-Villepreux, sa mère, un peu taquine, avait déclaré que l’enceinte aurait dû porter le nom de son père, meilleur joueur que lui. Quoi qu'il en soit, l'histoire a commencé comme ça : quand, enfant, Pierre venait assister aux matches du CA Pompadour.

"On retourne aux sources du rugby, raconte-t-il. Il y a des petites tribunes. Les gens sont debout, c'est convivial, c'est social, les gens se rencontrent. Le rugby, c'est aussi ça : celui des amateurs, des petites villes. Il ne faut pas oublier que les très bons joueurs, ils sortent aussi de ces clubs-là."

Un match entre ses deux clubs de toujours, Brive et Toulouse

Car une vie de rugby a suivi pour le passionné. En tant que joueur, d'abord, il devient cet arrière faisant le bonheur de Brive, de Toulouse et de l'équipe de France. Il porte le maillot bleu à trente-quatre reprises : assez pour remporter trois fois le Tournoi des Cinq Nations, dont un Grand Chelem en 1968. Son souvenir le plus marquant reste son premier match contre la Nouvelle-Zélande, "qui était, comme aujourd'hui, le fleuron du rugby mondial".

En tant qu'entraîneur, ensuite, il décroche trois boucliers de Brennus avec le Stade Toulousain, et gagne deux fois le tournoi des Cinq Nations (en 1997 et 1998) avec le XV tricolore. Pour fêter ses quatre-vingts ans et signifier la trace que Pierre Villepreux aura laissée dans ses deux clubs de cœur, une rencontre amicale se tiendra 7 octobre prochain entre Brive et Toulouse, dans "son" stade, modeste et chéri, de d'Arnac-Pompadour.

"Un super brave type"

Grand connaisseur du milieu et fin théoricien du jeu, Pierre Villepreux prolonge son plaisir jusque dans les instances du rugby. Nommé directeur technique national de 1999 à 2004, il passera même par l'International Rugby Board pour développer son sport dans les pays de second rang comme le Portugal, l'Espagne ou la Géorgie.

Aujourd’hui encore, il siège au Comité d’éthique et de déontologie de la fédération, mais conserve ses attaches dans sa petite commune de Corrèze. "C'est indispensable qu'il soit là. Il est connu à Pompadour comme un super brave type, sourit un client du bistrot où Pierre Villepreux a ses habitudes. Il est connu dans le monde entier, donc il arrive à faire une pub pour nous absolument extraordinaire !"

Séduit par la France de Fabien Galthié

Évidemment, Pierre Villepreux ne manquera pas une miette de la Coupe du monde de rugby. Chantre du jeu de mouvement, attentif à l’intelligence situationnelle des joueurs, il apprécie le style du XV de France mis en place à Fabien Galthié. "Quand on joue de manière imprévisible, on ne peut pas l'étudier, explique-t-il. Ça surprend, et si c'est efficace, ça montre ce pouvoir d'adaptation. C'est là où se trouve la force de la France actuellement."

Si les Bleus parviennent un jour à décrocher le titre suprême (pourquoi pas très bientôt ?), Pierre Villepreux comptera parmi ceux qui auront apporté une pierre à l’édifice.

Pour tout suivre de l'actualité du rugby, Rugby magazine en Nouvelle-Aquitaine est à voir et à revoir sur France.tv.