• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Corrèze : une minute de silence au lycée Edmond-Perrier pour Marc Laycuras, le militaire tué au Mali

Marc Laycuras est mort au Mali le 2 avril 2019, à la suite du déclenchement d'un engin explosif. / © Service de santé des armées
Marc Laycuras est mort au Mali le 2 avril 2019, à la suite du déclenchement d'un engin explosif. / © Service de santé des armées

Tué en mission au Mali, le médecin militaire Marc Laycuras avait vécu plusieurs années en Corrèze. Jeudi 4 avril, le lycée Edmond-Perrier où il avait été élève, à Tulle, lui rend hommage.
 

Par Richard Duclos

Jeudi 4 avril à 11h10, le lycée Edmond-Perrier, à Tulle en Corrèze, va respecter une minute de silence en hommage à Marc Laycuras. Ce médecin militaire français, "mort au combat" mardi 2 avril au Mali, était en effet un ancien élève de l’établissement, où il a obtenu son baccalauréat S en 2007.

"Les professeurs qui l'ont connu gardent de lui le souvenir d'un 'garçon absolument charmant', d'un 'jeune très gentil, très attentif aux autres'", rapporte le proviseur Didier Guilbault dans un communiqué.
 

Marc répondait à celles et ceux qui lui demandaient pourquoi il voulait devenir médecin militaire : 'Médecin pour sauver des gens. Militaire pour servir la France'.


Avant cela, Marc Laycuras avait étudié au collège Clémenceau. Depuis 2018, il était marié avec Marion, ancienne élève de Tulle également.

Sa mission au Mali, commencée en février 2019, était sa première mission à l’étranger. Capitaine, il a été tué à la suite "du déclenchement d'un engin explosif improvisé" au passage de son véhicule blindé, lors d'une opération de lutte "contre les groupes armés terroristes", selon la présidence française et l'état-major des Armées. Il avait 30 ans.

24 militaires français tués


Marc Laycuras est le 24e militaire français décédé au Mali depuis l'intervention française Serval en 2013 dans ce pays, suivie de l'opération antiterroriste Barkhane élargie à cinq pays du Sahel en 2014, selon l'état-major.

Mercredi, l’Assemblée nationale et le Sénat lui ont aussi rendu hommage, en respectant une minute de silence à sa mémoire.
 



 

Sur le même sujet

32 référents loups formés en Dordogne

Les + Lus