Denis Tillinac : disparition d’un grand auteur corrézien

Le journaliste et écrivain corrézien Denis Tillinac est mort d’une crise cardiaque dans la nuit du vendredi 26 septembre 2020. Ses amis de la foire du livre du Brive se souviennent de lui.
 

Denis Tillinac
Denis Tillinac © Max PPP / STEPHANE GUIOCHON
Vendredi 25 septembre, Denis Tillinac a participé à la fête du livre « Livres en vigne », organisée au château du clos de Vougeot en plein cœur du vignoble bourguignon en Côte d’Or. Il a été emporté par une crise cardiaque la nuit qui a suivi à l’âge de 73 ans.

Originaire du petit village d’Auriac (19), il est  l’auteur de plus d’une soixantaine d’ouvrages (romans, récits, essais, nouvelles poésies etc …). De nombreux prix ont jalonné sa carrière. On peut citer le grand prix de littérature Henri-Gal, récompense de l’institut de France sur proposition de l’académie française pour l’ensemble de son œuvre.
 
Le petit coin de Paradis Corrézien de Denis Tillinac / août 2018

Il était un ami proche de Jacques Chirac, mort il y a un an jour pour jour. Il faisait partie du premier cercle des amis du président, qu’il avait accompagné tout au long de la campagne de 1995.

Michel Peyramaure, lui aussi corrézien et considéré comme l’un des plus grands romanciers historiques, analyse cette amitié avec beaucoup d’humour :
 

Ils étaient tous deux profondément corréziens. Si Denis Tillinac avait été une femme, il aurait épousé Chirac.

Michel Peyramaure, romancier


Les hommages sont nombreux depuis l’annonce de sa disparition. Pour François Hollande, lui aussi corrézien de cœur,
 

Denis Tillinac aimait la Corrèze, le rugby, la vie d'antan qu'il chantait en spleen dans ses livres. Nous n'avions pas les mêmes idées mais nous pouvions avoir les mêmes sentiments.

François Hollande

Ecole de Brive et foire du livre

La Corrèze est une terre prolifique pour les auteurs. Denis Tillinac avait d’ailleurs coutume de dire :
 

En Corrèze, il y a autant d’écrivains que de veaux sous la mère.

Denis Tillinac, journaliste et écrivain 


C’est avec quelques-uns de ses amis, dont Michel Peyramaure et Claude Michelet, qu’il a fondé l’école de Brive. Les auteurs membres de ce courant contemporain avaient tous « un univers réaliste centré sur la ruralité »

La concrétisation de l’école de Brive est la foire lu livre, fondée en 1973. Denis Tillinac a participé assidument à l’évènement depuis sa création.


Tillinac, le corrézien

François David, le commissaire général de la foire, était un ami proche de Denis Tillinac.
 

Je l’ai vu il y a une quinzaine de jours. Nous avons chanté et joué du piano chez des amis.

François David, commissaire général de la foire du livre de Brive


Les deux hommes se sont aussi parlé jeudi dernier, pour préparer une rencontre littéraire autour du dictionnaire amoureux du Général de Gaulle, dernier ouvrage de Tillinac aux éditions Plon. Elle devait se dérouler en novembre à l’occasion de la prochaine foire. Nul doute qu’un hommage appuyé à l’auteur sera rendu à Brive entre le 6 et le 8 novembre.

François David et Denis Tillinac se sont connus sur un terrain de football alors qu’ils étaient tous deux journalistes en Corrèze. Denis Tillinac aimait aussi le rugby. Il a d’ailleurs écrit sur le sujet.
 

Il préférait tout de même le football, ce qui a été circonstance à controverses, chipotages et engueulades entre nous.

Michel Peyramaure, romancier.


L’homme était un bon vivant, une sorte de funambule, prêt à s’amuser et chanter. Au jour de son décès, ses amis se remémorent des soirées inoubliables dans un département qu’il a profondément aimé.
 
Plein phare sur le corrézien Denis Tillinac



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
littérature culture livres foire du livre de brive