Eau potable : risques d'effondrement de la ressource en Limousin

Publié le Mis à jour le
Écrit par Franck Petit .

Argentat pourrait n'être que le premier épisode d'une guerre de l'eau en Limousin. Dans les années à venir, la nature granitique du sol, les canicules à répétitions pendant l'été et le manque de précipitations risquent d'engendrer des ruptures locales d'approvisionnement en eau potable dans nos 3 départements. Le prix de l'eau va augmenter.

Lundi 26 septembre 2022 à Argentat (19), 500 personnes ont participé à une réunion d'information sur la construction d'un nouvelle prise d'eau sur la Dordogne. Cette rencontre a été organisée par la communauté de commune Xaintrie Val-de-Dordogne qui gèrera l'approvisionnement en eau potable à partir de 2026 sur son territoire. Le projet est estimé à 25,3 millions d'euros avant subventions et suscite bien des oppositions chez les habitants, les élus et les éleveurs. 

A l'issue de la soirée, rares sont ceux qui étaient convaincus : "J'ai peur de voir flamber la facture en tant qu'agriculteur et comme particulier. J'ai du mal à m'entendre dire que sur nos plateaux à l'avenir, il n'y aura plus d'eau. On vit et on pratique le paysage tous les jours. On voit bien que les forages tiennent à peu près."

Pourtant, voilà déjà plusieurs années que les 8 communes de l'ancien canton de St Privat doivent être approvisionnés par citernes pendant l'été. Dans ce secteur, les sources s'assèchent trop vite et il n'y a plus d'autre solution. 

Vincent Arrestier, maire de Monceaux-Sur-Dordogne, n'est malgré tout pas convaincu : "nous n'allons pas prendre le risque de régler le problème de St Privat en supprimant tout ce qui fonctionne. Nos 83 captages communaux ne sont pas à sec et il y a des solutions alternatives. Il peut y avoir des nappes profondes exploitables sur le Puy du bassin, le point culminant de la Xaintrie".

L'agence de l'eau 

La communauté de commune Xaintrie Val-De-Dordogne tente d'anticiper cette compétence supplémentaire qui lui incombera à partir de 2026. Pour cela, elle est aidée par l'agence de l'eau.

Cet organisme d'Etat accompagne les collectivités territoriales pour pérenniser l'approvisionnement en eau potable, tant sur la qualité que la quantité. Une étude a été réalisée : elle démontre que les tensions deviendront de plus en plus importantes en Xaintrie. Les actuelles sources risquent de se tarir, ce que les habitants ont encore du mal à croire. 

Les experts ont élaboré plusieurs scénarios pour pérenniser l'eau potable sur l'ensemble des communes de Xaintrie Val-De-Dordogne. Le premier consisterait à conserver les ressources actuelles. Le second permettrait de conserver les ressources, mais d'augmenter les prélèvements dans la Dordogne qui alimente déjà la ville d'Argentat. Le troisième a la préférence de l'agence de l'eau : créer une nouvelle prise d'eau dans la Dordogne, tout en conservant les sources les plus actives.

Si ce troisième scénario est choisi, l'agence de l'eau subventionnera une grande partie des travaux. Il serait le plus pérenne, pour les spécialistes. Le débit de la Dordogne est de 10 m³/ à Argentat. Le prélèvement n'excéderait pas 0,1% de ce que la rivière est capable de fournir.

Pour rappel, une prise d'eau existe déjà sur la rivière à Beaulieu-Sur-Dordogne depuis le milieu des années 2010. Il permet d'alimenter les 34 communes du syndicat Bellovic. Sur cet autre territoire corrézien, aucune rupture en approvisionnement n'a été constatée pendant l'été.

durée de la vidéo : 02min 13
Une réunion houleuse pour parler d'une prise d'eau sur la Dordogne pour alimenter la communauté de commune Xaintrie Val de Dordogne ©Julie Radenac, Tania Gomes

Sol granitique

Le débat houleux qui s'est tenu ce lundi à Argentat risque fort d'être d'actualité dans de nombreuses communes limousines dans les années qui viennent. En effet, la nature granitique du sol de notre région ne permet de stocker que très peu d'eau potable. Les réserves n'excèdent pas deux mois de consommation dans de nombreuses communes. Les nappes phréatiques sont presque inexistantes en Limousin où l'eau est le plus souvent stockée dans des fissures granitiques.

Certaines grandes métropoles comme Limoges ont anticipé le manque d'eau potable depuis les années 50 en créant de grandes réserves en surface.

Mais pour de nombreuses communes, l'eau potable va devenir un bien rare. Les périodes d'étiage des rivières sont de plus en plus précoces et de plus en plus longues. A Nantiat (87), la situation a été très préoccupante pendant l'été 2022. La situation de Bort-Les Orgues (19) et Lubersac (19) est la même qu'à Argentat (19). En Creuse, le situation a été très tendue en 2019.

Les ruptures d'approvisionnement auront des conséquences pour ces territoires en tension. Il faudra donc trouver des solutions, sans quoi le développement de nombreuses communes et villes limousines sera compromis. L'interconnexion des réseau d'eau fait partie de la panoplie.

L'eau potable est un bien commun qu'il faudra apprendre à partager. Son prix va augmenter dans les années à venir en raison d'investissements lourds pour garantir la ressource.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité