L214 en Corrèze : du lobbying dans les écoles ?

Polémique en Corrèze. La chambre d’agriculture s’insurge après la diffusion d’un magazine de l’association L214 dans les établissements scolaires.
 
"Non, non et non !" Pour Tony Cornelissen, c’en est trop. Le Président de la Chambre d’agriculture de Corrèze assure qu’il ne peut pas laisser passer cet "endoctrinement fait chez nos jeunes bambins".
En cette fin novembre 2018, c’est une nouvelle polémique qui a vu le jour Corrèze. Elle oppose l’association de défense de la cause végan et du droit des animaux  L214 et le monde agricole corrézien.

 

La raison : le 1er numéro de "Mon journal animal". Un nouveau magazine publié par la branche "éducation" de L214  à destination du jeune public et des enseignants. Le titre a été distribué au mois de novembre dans des établissements scolaires en Corrèze.

"Avec ce livret, nous avons souhaité informer les plus jeunes sur l’éthologie, l’alimentation et d’autres manières de s’alimenter. Les plus jeunes ont plus de faciliter à changer de comportement et à modifier leurs habitudes", explique Nicolas Boutaud, représentant L214 en Limousin.


La publication se présente comme un journal qui partage "des actus sur les animaux et sur ceux qui agissent pour les défendre" avec des articles "librement photocopiables pour la classe". Au sommaire du premier numéro : des dossiers sur Charles Darwin ou les animaux de guerre, le portrait d’un vétérinaire et d’un gorille, mais aussi une recette végan et des articles sur l’alimentation qui préconisent de manger moins de viande.

"Nous ne cherchons pas à provoquer, mais à informer les consommateurs, en l’occurrence les plus jeunes et les professeurs." Nicolas Boutaud.

Des "informations infondées et sectaires" pour Tony Cornelissen. Même si l’association assure que ses sources sont "fiables" et le livret relu par "une quinzaine de chercheurs, scientifiques et enseignants qui accréditent les données", la Chambre d’agriculture de Corrèze dénonce "une brochure orientée et sectaire".

"Personne n’a prouvé qu’un chien dans un appartement était plus heureux qu’un animal dans un cirque ou dans une ferme", Tony Cornelissen, 

 

L214 en Corrèze - lobbying écoles


La Chambre d’agriculture 19 a voté une motion mardi 27 novembre, qu’elle va adresser au rectorat, au préfet et au ministre pour "forcer l’éducation nationale à retirer ces documents".

 

Écoles : lieu de pédagogie… et de lobbying ?


Seuls les organismes agréés par l’Education nationale ou les inspections académiques peuvent diffuser des documents au sein des écoles. Ce n’est pas le cas de L214. "Nous allons travailler avec le rectorat pour avoir une autorisation et que ce livret puisse être apporté en milieu scolaire" a annoncé Nicolas Boutaud.

Aujourd’hui, plus de 150 associations possèdent un partenariat avec l’Éducation nationale. Des associations qui "proposent des activités éducatives complémentaires aux enseignements dans le respect des projets d’école et d’établissements". Beaucoup concernent le milieu de la culture ou défendent des valeurs comme la solidarité et la tolérance. D’autres promeuvent la famille, la ruralité, la microfinance ou encore la sécurité à moto.

"Nous dans le secteur agricole, quand on fait des interventions ou des visites de ferme, on doit passer par le rectorats"Tony Cornelissen.


Si l’obtention d’un agrément de l’Éducation nationale ne garantit pas à une association d’intervenir dans les écoles, un chef d’établissement peut décider d’autoriser l’intervention d’une association non agréée.
En réalité, les établissements scolaires peuvent faire intervenir (après l'accord de l'académie) les défenseurs de différentes causes… parfois opposées.

"Des organisme  liés à l’élevage interviennent déjà dans les écoles. Nous cherchons un rééquilibrage des opinions apportées en milieu scolaire". Nicolas Boutaut


L214 affiche comme références plusieurs établissements scolaires dans toute la France. L’association propose une dizaine d’animations à des destinations des jeunes, de la maternelle jusqu’au lycée agricole. De même, l’INTERBEV (l'Association Nationale Interprofessionnelle du Bétail et des Viandes), dispose de sa plateforme pédagogique et propose des kits gratuits (animations ou livrets d’information) à destinations des écoles.
Beaucoup de grandes entreprises, fédérations ou organismes d’influence font la même chose. Par exemple, Eco-Système fabrique des supports pédagogiques pour le recyclage, les chasseurs proposent des animations via certaines fédérations départementales, ou encore Total offre une plateforme sur l’énergie solaire aux enseignants.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
alimentation société éducation