Sécheresse : la Corrèze étend son niveau d’alerte

La préfecture du département annonce ce mardi 28 juillet que les zones "Vézère amont" et "Dordogne aval" sont désormais soumises à des restrictions de l’usage de l’eau.
 
La pluie ne tombe toujours pas suffisamment en Limousin, et les prévisions ne poussent pas à l’optimisme.
La pluie ne tombe toujours pas suffisamment en Limousin, et les prévisions ne poussent pas à l’optimisme. © André Abalo/ France 3 Limousin
La pluie ne tombe toujours pas sur la Corrèze, et les prévisions ne poussent pas à l’optimisme ceux qui surveillent le niveau des rivières et des ressources en eau : selon la préfecture, les précipitations en juillet sont de 9 mm contre 70 lors d’un été normal. L’état du milieu aquatique inquiète.

La préfecture a donc décidé de maintenir le niveau "alerte" de son plan d’action pour le secteur amont de la Dordogne, et de l’étendre à l’aval. Le territoire de la Vézère amont est désormais aussi concerné. Le reste du département demeure en "vigilance".
 
La préfecture a décidé de maintenir le niveau "alerte" de son plan d’action pour le secteur amont de la Dordogne, et de l’étendre à l’aval. Le territoire de la Vézère amont est désormais aussi concerné.
La préfecture a décidé de maintenir le niveau "alerte" de son plan d’action pour le secteur amont de la Dordogne, et de l’étendre à l’aval. Le territoire de la Vézère amont est désormais aussi concerné. © Préfecture de la Corrèze

Concrètement, voici la liste des mesures qui s’imposent :

• l’arrosage des jardins potagers, pelouses, des espaces verts privés et publics, bandes fleuries, jardins d’agrément, balconnières, jardinières de fleurs, des terrains de sport, est interdit de 10 heures à 18 heures ;

• le remplissage des piscines privées est interdit hors première mise en eau des bassins en construction et hors remise à niveau des piscines existantes ;

• l’alimentation des fontaines et jets d’eau publiques est interdite sauf si la fontaine fonctionne en circuit fermé ;

• le lavage des véhicules publics et privés est interdit à l’exception des stations professionnelles et, sauf pour les véhicules ayant une obligation réglementaire (véhicules sanitaires, alimentaires) ou technique (bétonnière...) et pour les organismes liés à la sécurité publique (pompiers, police…) ;

• le lavage et nettoyage des façades, terrasses, surfaces imperméabilisées, murs, escaliers et toitures est interdit sauf pour les professionnels équipés de lances à haute pression, et sauf situation d’urgence justifiée notamment par un souci de salubrité publique et pour raisons sanitaires ;

• le lavage et nettoyage des voiries est interdit sauf impératif sanitaire et à l’exception des lavages effectués par des balayeuses laveuses automatiques ;

• les manoeuvres de vannes des barrages, et le remplissage ou la vidange des plans d’eau sont interdits. Cette interdiction ne s’applique pas aux retenues gérées par EDF et la SHEM ainsi que les centrales et micro-centrales hydroélectriques autorisées ou concédées ou disposant d’un droit "fondé en titre", implantées sur des cours d’eau non domaniaux qui peuvent continuer à fonctionner dans le cadre du strict respect de leur règlement d’eau ;

• l’arrosage des terrains de golf est interdit de 8h à 20 h de façon à diminuer la consommation d’eau sur le volume hebdomadaire de 30 % ;

• les installations déclarées, enregistrées ou autorisées au titre des ICPE doivent limiter leur consommation d’eau au strict nécessaire. Les ICPE ayant fait l’objet d’une prescription sécheresse dans leurs arrêtés doivent s’y conformer ;

• les prélèvements à usage d’irrigation agricole sont interdits deux jours par semaine (du mardi 8h au mercredi 8h et du vendredi 8h au samedi 8h). Cette limitation peut aussi se faire sous la forme d’une réduction de 30 % des volumes prélevés. Pour les bassins versants faisant l’objet d’une gestion spécifique par tours d’eau mise en place par l’OUGC du sous bassin de la Dordogne, cette limitation peut se faire par restriction de 30 % des durées de prélèvements. Pour les structures collectives (ASA, ASL et réseaux communaux) disposant d’équipements à débit variable, désignées par une liste nominative transmise à la DDT compétente par l’OUGC Dordogne, la restriction peut être mise en oeuvre par une baisse de 30 % du débit nominal de la pompe, avec transmission quotidienne du relevé de l’index du compteur à la DDT compétente.

La prefecture demande "à chacun, sur tout le département, de maîtriser sa consommation d’eau quotidienne en évitant tout gaspillage qui pourrait être préjudiciable."
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
réchauffement climatique environnement sécheresse météo