Corrèze : un rebouteux jugé pour agressions sexuelles

Un homme de 69 ans comparaît ce mardi 6 mars devant le tribunal correctionnel de Tulle, pour exercice illégal de la médecine et agressions sexuelles. Quatre femmes ont porté plainte à son encontre, pour des faits commis entre 2011 et 2014 à Combressol et Liginiac.

© F3 - Marine Nadal
L'audience, qui a débuté en tout début d'après-midi, s'est d'abord concentrée sur le profil et le parcours du prévenu.

Cet ancien professeur de physique qui a exercé dans le nord de la France, décide un jour de changer de vie et de « devenir meilleur » pour lui et pour les autres.
Il se forme à différentes pratiques, autour de la médecine énergétique, va même jusqu’au Brésil pour s’inspirer de guérisseurs très populaires. 

En Corrèze où il est installé, à Combressol puis à Liginiac, il pratique en quelques années environ 145 actes de « soins », sans s'intéresser spécifiquement à la pathologie de ses patients. Il ne pose pas de diagnostic, ne promet pas la guérison et ne prend aucun argent en contrepartie.
Il se concentre sur les champs énergétiques autour du corps et des organes, afin de les remettre en place et les « réharmoniser ».

Agressions sexuelles


L'homme affirme ne pas toucher les patients, laisser ses mains en suspension au-dessus du corps car celui-ci est entouré de plusieurs couches d’énergie.

Ce n'est pas le discours des quatre plaignantes, qui ne sont pas présentes à l'audience, mais dont le témoignage est relaté.
Elles affirment avoir consulté le guérisseur à plusieurs reprises, avant que la séance ne dérape.
L'homme aurait posé ses mains sur leur poitrine, massé leurs seins, et essayé de les embrasser.
Pour l'un d'elles, il y aurait même eu attouchement des parties génitales.

Le rebouteux réfute en bloc ces accusations, expliquant que sa femme est presque toujours présente lors des séances.
L'avocat de la défense a plaidé la relaxe.
Le procureur de la République a requis un an de prison avec sursis et 1000 euros d'amende.
La décision du tribunal a été mise en délibéré au 4 avril.

Procès d'un guérisseur pour agressions sexuelles en Corrèze


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société santé